•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • L'UQAM veut baisser les salaires de ses enseignants et employés de 2 %

    Une baisse de 2 % demandée aux employés de l'UQAM : précisions de Catherine Kovacs
    Radio-Canada

    L'Université du Québec à Montréal demande une baisse de salaire de 2 % en moyenne à ses professeurs, chargés de cours, employés et cadres. Radio-Canada a appris de plusieurs sources que la demande a été faite aux différents syndicats dans les derniers jours. Tous les membres n'en auraient pas encore été avisés. 

    L'UQAM doit trouver des économies d'environ 20 millions de dollars dans le cadre de son plan d'atteinte de l'équilibre budgétaire et elle demande à ses salariés d'y contribuer.

    La masse salariale représente 83 % du budget de l'UQAM, fait valoir le vice-recteur aux affaires administratives et financières à l'UQAM, André Dorion, qui explique que la direction de l'université s'est rendue compte du manque à gagner lorsqu'elle a commencé à préparer son budget pour 2015-2016.

    C'est dans cette optique qu'elle a décidé de demander un « effort collectif » à tous les représentant des groupes de travail. Ces derniers, dit en substance M. Dorion, n'ont encore opposé aucun refus net dans cette phase de discussions qu'il qualifie d'exploratoire.

    L'UQAM se dit d'ailleurs prête à explorer les scénarios que les employés pourraient proposer en guise de solution. Mais une solution doit être trouvée d'ici le 1er mai, affirme M. Dorion.

    Il nous manque 20,7 millions de dollars et ce montant-là sera récurrent. Les compressions du gouvernement sont de nature récurrente et il faut essayer de trouver une solution la plus négociée et la plus réaliste possible pour l'ensemble de nos employés. 

    André Dorion, vice-recteur aux affaires administratives et financières à l'UQAM

    M. Dorion explique en outre que l'institution « n'a pas la capacité d'imposer » des mesures comme une baisse de salaire. L'UQAM entend respecter les ententes qui ont été négociées et celles qui le seront en cours de route, d'ajouter M. Dorion.

    Au bureau du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, la porte-parole Yasmine Abdelfadel affirme dans ce dossier que le ministre ne commentera pas :  « Cela relève de la gestion interne et de l'autonomie des universités ».

    Ces demandes sont « hors de question », disent les chargés de cours

    D'ores et déjà, le Syndicat des chargés de cours de l'UQAM affirme se poser « beaucoup de questions » au sujet de ce que propose l'employeur pour résoudre son manque à gagner.

    La présidente du SCCUQ Marie Blais accueille « plutôt mal » cette demande. « Nous sommes déjà parmi les chargés de cours les moins bien payés au Québec », explique-t-elle.

    Que ce soit la coupe dans l'offre de cours ou la baisse de nos salaires, c'est tout à fait inacceptable

    Marie Blais, président du syndicat des chargés de cours de l'UQAM

    « Là, on dit ça suffit »

    Mme Blais dit remettre en question le fait que, selon elle, l'Université « vire », dans les immobilisations, des excédents qui proviennent du budget de fonctionnement de l'établissement.

    La direction doit présenter vendredi ses budgets révisés au syndicat des chargés de cours, et ce dernier a bien l'intention de poser des questions à ce sujet. « Pas seulement l'UQAM; toutes les universités effectuent ce genre de virement, et là, nous on dit "ça suffit" », explique Marie Blais. Cette dernière affirme que l'UQAM est déjà sous-financée en ce qui a trait au fonctionnement, par rapport à d'autres institutions ailleurs au pays.

    Par ailleurs, selon le syndicat des chargés de cours, l'UQAM propose de supprimer 150 offres de cours. 

    Puiser dans les réserves

    Dans les derniers mois, l'Université a puisé dans ses réserves pour trouver 3,7 millions de dollars à éponger afin de répondre aux exigences de compressions du gouvernement provincial. « L'UQAM ne pourra plus compter sur ces réserves », disait le mois dernier le recteur Robert Proulx, « la situation est donc sérieuse ». 

    Dans un communiqué publié le 11 décembre 2014, le recteur Robert Proulx demandait à la communauté universitaire de « resserrer les rangs autour d'objectifs communs ». Il exprimait également « sa vive inquiétude devant les coupures à répétition auxquelles doivent faire face les universités ». 

    L'UQAM en chiffres

    • 1150 professeurs
    • 1800 chargés de cours
    • 2000 employés
    • une centaine de cadres
    • 43 000 étudiants

    Cette proposition de la direction se fait dans un contexte de négociations de conventions collectives. Le contrat de travail des professeurs et celui des chargés de cours est échu.

    Avec des informations de Thomas Gerbet et Dominic Brassard

    Société