•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un déversement d'hydrocarbures dans la rivière des Outaouais n'inquiète pas Gatineau

La CCN privilégie le corridor de l'île Kettle pour la construction d'un nouveau pont interprovincial.

La CCN privilégie le corridor de l'île Kettle pour la construction d'un nouveau pont interprovincial.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Gatineau minimise les conséquences d'un éventuel déversement important d'hydrocarbures dans la rivière des Outaouais.

Dans la foulée du déversement du diesel qui a privé d'eau potable des milliers de résidents de Longueuil, la semaine écoulée, Radio-Canada a appris que la rivière des Outaouais a été touchée à quatre reprises par des événements semblables.

Sur une période de 10 ans, trois déversements ont été enregistrés du côté de Gatineau et un autre à Montebello. Toutefois, les autorités municipales ignorent la quantité d'hydrocarbures qui ont dérivé dans le cours d'eau, dans au moins deux cas.

Un porte-parole de la Ville de Gatineau, Yves Melançon, estime que le risque est peu élevé que les pompes absorbent l'eau dans la rivière parce que l'opération se fait en profondeur. Il ajoute que les hydrocarbures demeurent à la surface de l'eau et plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour les enlever.

Sentinelle Outaouais perplexe

La directrice des opérations au Québec pour Sentinelle Outaouais, Adèle Michon, se veut plus prudente. Elle souligne la particularité de la rivière des Outaouais qui est un cours d'eau interprovincial.

La porte-parole de l'organisme de surveillance environnementale rappelle que les quatre déversements rapportés ne proviennent que des données provenant de Gatineau, alors que l'on ignore ce qui se passe du côté d'Ottawa.

Adèle Michon fait également savoir que le temps de réaction des municipalités en cas de fuite pourrait poser problème.

« S'il y a une fuite d'un côté de la rivière, il faut que la municipalité soit capable de communiquer avec les villes qui sont en face de l'autre côté. Ce n'est pas toutes les municipalités qui ont ces connections-là », fait-elle remarquer.

Sentinelle Outaouais renouvelle son appel en faveur d'une gestion intégrée de la rivière des Outaouais. L'organisme déplore que le fait  le Québec et l'Ontario n'aient toujours pas signé d'accord en ce sens.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.