•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ACFR veut des états généraux sur l'avenir de la Fransaskoisie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le président de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR) Siriki Diabagaté

Le président de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR) Siriki Diabagaté

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR), Siriki Diabagaté, a proposé à la Table des élus tenue le week-end dernier de tenir des états généraux sur l'avenir de la communauté fransaskoise. Cette initiative permettrait, selon lui, de rassembler tous les représentants de la communauté pour trouver des solutions aux défis auxquels elle est confrontée.

Les plus récents états généraux de la communauté fransaskoise se sont tenus à Moose Jaw en 1997 et en 1998 à Fort San. L'Association culturelle franco-canadienne de la Saskatchewan (ACFC) était alors devenue l'Assemble communautaire fransaskoise (ACF) et s'était dotée d'une nouvelle structure de gouvernance.

Siriki Diabagaté croit qu'il est temps pour la communauté, 17 ans plus tard, de s'attaquer aux nouveaux défis et de se fixer de nouveaux buts.

Plusieurs défis ont été identifiés comme l'intégration des nouveaux arrivants, la relève au sein des organismes, le recrutement de bénévoles et la coopération entre les organismes. Les états généraux devraient aussi se pencher sur la baisse de financement de plusieurs associations régionales notamment à Willow Bunch, Ponteix et Gravelbourg, soutient M. Diabagaté.

Même s'il reconnaît que ces sujets sont souvent discutés par la communauté, le président de l'ACFR croit qu'une telle rencontre est nécessaire puisqu'aucune solution n'a encore été trouvée. Les autres membres de la Table des élus ont réagi favorablement à la proposition et un groupe de travail a été mis sur pied pour étudier la possibilité d'organiser l'évènement.

Un soutien mitigé

Le directeur général de l'ACF Francis Potié souligne que l'organisation d'états généraux représente des dépenses importantes puisqu'il faut engager un consultant externe pour assurer la neutralité du processus. De plus, M. Potié estime que l'ACF sera probablement appelée à organiser les états généraux.

Le directeur général mentionne que l'ACF a déjà un plan de développement global pour la période 2010-2020 et qu'une évaluation de mi-parcours est en cours. Il indique aussi que l'ACF travaille sur le chantier de développement communautaire qui vise des objectifs similaires à ceux qui seraient visés par des états généraux.

Siriki Diabagaté croit pour sa part que les coûts rattachés au projet ne sont pas trop cher et qu'il faut dépenser l'argent nécessaire pour aller de l'avant.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrevue avec Siriki Diabagaté

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrevue avec Françoise Sigur-Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !