•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le projet de Fernando est mal parti » - Paolo Bettini

Paolo Bettini
Paolo Bettini Photo: Getty Images / MICHEL KRAKOWSKI
Radio-Canada

Fernando Alonso est passionné, mais son projet est tombé au mauvais moment. C'est ce qu'a dit le cycliste Paolo Bettini, qui avait misé sur le projet du pilote de F1.

M. Bettini a misé gros en plus. Il a laissé son poste d'entraîneur de l'équipe nationale italienne pour bâtir le projet de Fernando Alonso. Mais il a compris durant la saison 2014 de F1 que les préoccupations d'Alonso n'étaient pas d'ordre vélocipédique.

« Nous avons eu une bonne conversation en décembre, a révélé Bettini au quotidien italien Gazzetta dello Sport. Une conversation franche, les yeux dans les yeux, et il m'a présenté ses excuses. »

« S'il a encore besoin d'aide, et s'il m'appelle à nouveau, je verrai si je suis libre. Mais vous comprendrez que je serai prudent, évidemment... », a dit Paolo Bettini.

La saison de Ferrari a tourné au cauchemar, et Alonso a tout fait pour quitter l'équipe. Il espérait d'abord trouver un volant avec Mercedes-Benz, puis en a trouvé un avec McLaren dans le cadre du nouveau partenariat avec le motoriste Honda.

« Ce projet est mal parti pour Fernando, précise M. Bettini. Son boulot, c'est piloter (en F1). Il y a eu tous ces changements chez Ferrari, et Fernando a décidé de changer d'équipe. C'était crucial pour sa carrière, et il devait se concentrer là-dessus. Il n'y avait pas de place pour son projet cycliste, aussi intéressant fût-il. »

Paolo Bettini ne ferme pas la porte complètement. Pas question d'en vouloir à Alonso, ni de penser à intenter une quelconque poursuite, même si son contrat de deux ans comme directeur technique de la future équipe a été rompu.

« Je n'emprunterai pas le chemin juridique, a-t-il affirmé. Ce projet n'est pas mort, Fernando y croit, mais l'a reporté. Fernando Alonso est passionné, et il connaît le cyclisme.

« C'est aussi un homme fier qui ne veut pas que ça se termine de cette façon », a conclu Paolo Bettini.

Cyclisme

Sports