•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU demande l'arrêt des coups de fouet contre Raïf Badawi

Des manifestations réclamant la libération de Raif Badawi ont lieu partout dans le monde de Paris à Londres en passant par Rome.

Photo : Amnistie internationale

Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme demande à l'Arabie saoudite de suspendre la peine de 1000 coups de fouet imposée au blogueur Raïf Badawi. L'organisme estime que ce châtiment est « cruel, inhumain et interdit par le droit international ».

« J'en appelle au roi de l'Arabie saoudite d'exercer son pouvoir afin de mettre fin à la flagellation publique, en graciant M. Badawi, et à revoir de façon urgente ce type de sanction extrêmement sévère », a indiqué, dans une déclaration, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein.

Appuis aux quatre coins du monde

Le mouvement demandant la libération du blogueur prend de l'ampleur partout dans le monde. En plus de manifester devant l'ambassade de l'Arabie saoudite, jeudi après-midi à Ottawa, des partisans de M. Badawi se sont réunis devant de nombreuses autres ambassades saoudiennes dans le monde, dont à Paris, à Rome, à Londres, à Bruxelles et à Copenhague.

Une autre manifestation aura lieu vendredi midi devant l'hôtel de ville de Sherbrooke, comme c'est le cas chaque vendredi depuis plusieurs semaines. La Ville de Sherbrooke doit adopter une résolution à la prochaine assemblée du conseil municipal, lundi. Selon le président du comité exécutif, Serge Paquin, Sherbrooke est une terre d'accueil pour les immigrants et il est important d'être solidaires devant pareille injustice.

En Égypte, où il se trouve actuellement, le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, s'est dit préoccupé par la situation de Raif Badawi. « Le Canada est vivement préoccupé par la flagellation publique de M. Raif Badawi. Cette peine est une violation de la dignité humaine et de la liberté d'expression, et nous lançons un appel à la clémence dans cette affaire. La promotion et la défense des droits de la personne font partie intégrante de la politique étrangère du Canada. »

L'épouse de Raif Badawi a reçu la confirmation que le régime saoudien allait fouetter à nouveau son mari vendredi. Ensaf Haidar en a fait l'annonce sur sa page Facebook en après-midi jeudi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.