•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC va dévoiler un rapport sur la fusillade de Moncton

Un policier ému

Les explications de Marilyn Marceau

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Gendarmerie royale du Canada présentera vendredi matin les conclusions de l'examen indépendant de la fusillade qui s'est déroulée à Moncton, au Nouveau-Brunswick, le 4 juin dernier.

Le corps policier répondra ensuite aux recommandations et proposera son plan d'action. Le commissaire de la GRC, Bob Paulson, est de passage à Moncton pour l'occasion. Il s'est entretenu avec des membres de la GRC Codiac pour discuter de ce rapport, jeudi.

« Les questions de supervision aussi, les décisions tactiques qui ont été prises. J'imagine que le rapport doit couvrir ce genre de chose », affirme le criminologue de l'Université Saint-Thomas, Jean Sauvageau.

Le rapport j'espère va aller dans le détail dans une série de choses. J'espère que tout le rapport va être rendu public, qu'il n'y aura pas de partie qui sera confidentielle pour quelque raison que ce soit.

Une citation de :Jean Sauvageau, criminologue Université Saint-Thomas

En juin dernier, le commissaire Paulson annonçait une enquête interne sur les meurtres commis à Moncton. C'était moins d'un mois après la tragédie.

Or, il est maintenant plutôt question d'un examen indépendant mené par un commissaire adjoint à la retraite.

« La question se pose toujours. Même des policiers à la retraite. La question se pose : s'ils sont capables de s'extirper de leur culture policière pour en arriver à avoir une vision plus large des événements », soutient Jean Sauvageau.

À quelques heures de sa publication, certains reprochent déjà un changement dans les communications de la GRC.

Pour l'agent de la GRC Codiac à la retraite, Terry Mckee, cette enquête n'a rien d'indépendante et la GRC ne fait que joueur avec les mots.

« Je ne serais pas surpris du tout que les conclusions affirment que rien n'aurait pu être faire pour éviter un tel drame », a-t-il dit.

Trois agents de la GRC ont été tués lors de la fusillade, et deux autres ont été blessés.

Les résidents d'un quartier de la ville étaient restés confinés à leur domicile pendant l'opération policière de près de 30 heures.

L'auteur de la fusillade, Justin Bourque, un jeune homme de 24 ans, a reconnu sa culpabilité et a été condamné à 75 ans de prison sans possibilité de libération.

Notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !