•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Drainville veut aider les immigrants à s'intégrer

Bernard Drainville

Bernard Drainville

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le député et candidat à la direction du Parti québécois (PQ) Bernard Drainville a dévoilé mercredi matin ses propositions en matière d'immigration, afin de permettre aux nouveaux arrivants « de pouvoir devenir des membres à part entière de la société québécoise ».

Le député dit viser particulièrement l'intégration au marché du travail.

Selon M. Drainville, il faut que le gouvernement investisse, afin de ramener le taux de chômage des néo-Québécois à plus ou moins 1 % de la moyenne du chômage de l'ensemble de la population de la province, notant qu'en 2013, le taux de chômage des immigrants ici depuis 5 à 10 ans était de 11 %, alors que la moyenne québécoise était de 7,5 %.

« Ça n'a pas de bon sens, on ne peut pas accepter ça. »

— Une citation de  Bernard Drainville

Pour arriver à ses fins, Bernard Drainville propose cinq choses :

  • Mieux préparer les nouveaux arrivants à leur arrivée au Québec
  • Améliorer la francisation des immigrants
  • Tenter d'intéresser les immigrants à la vie en région
  • Mieux reconnaître les diplômes des nouveaux arrivants
  • Lutter contre la discrimination à l'emploi

Nouveau projet de charte

Quant au nouveau projet de charte de la laïcité de Bernard Drainville, fruit des réflexions et des leçons tirées de l'échec de sa première tentative, le candidat à la direction du PQ le présentera demain à la tribune de la presse de l'Assemblée nationale.

Ces annonces séparées visent, dit-il, à s'assurer que les mesures d'intégration qu'il présentait aujourd'hui ne soient pas passées sous silence. « Il est important de dire que la diversité est une force qui est malheureusement sous-utilisée trop souvent », a-t-il poursuivi.

Abordant rapidement son nouveau projet de charte, M. Drainville en a parlé assez longtemps pour indiquer qu'on y retrouverait la notion d'accommodement religieux et qu'on y mettrait également de l'avant l'importance de la laïcité chez les personnes en autorité chez les enfants, notamment chez les éducatrices en garderie.

« Il faut miser sur l'affirmation d'un certain nombre de principes et de valeurs qui nous sont chers, qui sont forts, et qui vont protéger les libertés et l'égalité de tous. [...] La laïcité on ne la fait pas contre personne, on la fait pour nous tous. »

— Une citation de  Bernard Drainville

Mieux préparer les nouveaux arrivants à leur arrivée au Québec

Bernard Draiville rappelle qu'entre le moment où une personne est sélectionnée pour l'immigration et son arrivée au Québec, il se passe en général 12 à 18 mois. Selon lui, on devrait utiliser cette période pour commencer l'évaluation comparative des études des nouveaux arrivants, et même pour commencer le processus de reconnaissance des diplômes.

Il pense également qu'il faudrait créer une banque de ces candidats, accessible aux employeurs du Québec en pénurie de travailleurs, ce qui permettrait malgré la distance d'initier un processus d'embauche.

Améliorer la francisation des immigrants

M. Drainville croit qu'il est nécessaire d'augmenter et de diversifier les services de francisation, en plus de mettre en place des mesures pour en faciliter l'accès. La possibilité d'utiliser les services de haltes- garderies pour les parents immigrants, ainsi que la mise en place d'un guichet unique permettant d'accéder aux services de francisation devraient selon lui être mises de l'avant.

Tenter d'intéresser les immigrants à la vie en région

Bernard Drainville pense que la période qui précède l'arrivée des immigrants au Québec pourrait être mise à profit pour leur faire connaître les disponibilités d'emplois dans les régions et pour les mettre en lien avec des organismes régionaux qui s'occupent de l'intégration des néo-Québécois.

Mieux reconnaître les diplômes des nouveaux arrivants

Le candidat à la course à la direction du PQ souligne que près de 10 % des immigrants sélectionnés par le Québec demandent une reconnaissance de leurs diplômes aux 45 ordres professionnels du Québec. Les ordres professionnels affirment que la majorité des demandes sont acceptées en totalité ou en partie Le problème se situe plutôt, selon lui, au niveau du temps de réponse.

Il suggère donc qu'on oblige les ordres à une durée de traitement raisonnable, par exemple de trois ou six mois et croit que l'on devrait devrait demander aux ordres professionnels de justifier leur décision quand ils refusent une demande reconnaissance de diplôme.

Il propose finalement d'utiliser le système de prêts et bourses pour aider les immigrants à passer les examens demandés par les ordres, qui coûtent parfois des milliers de dollars.

Lutter contre la discrimination à l'emploi

« Ça existe, il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. »

— Une citation de  Bernard Drainville

Bernard Drainville souligne qu'une étude de la Commission des droits de la personne de 2012 a mis en lumière le fait qu'à cv égal, « un Tremblay ou un Bélanger avait 60 % plus de chance d'être reçu en entrevue par un employeur ».

Pour tenter d'éliminer cet obstacle, il recommande une campagne d'information « très agressive », qui mettrait l'accent sur les avantages pour les entreprises québécoises de recruter des nouveaux arrivants, ainsi qu'un plan de lutte gouvernemental pour lutter contre la de discrimination en emploi.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !