•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paris prône de nouvelles mesures antiterroristes « exceptionnelles »

Le premier ministre français Manuel Valls a livré un discours passionné à l'Assemblée nationale.

Le premier ministre français Manuel Valls a livré un discours passionné à l'Assemblée nationale.

Photo : Getty Images / FRANCOIS GUILLOT

Radio-Canada

Le premier ministre français Manuel Valls souhaite des mesures antiterroristes « exceptionnelles » dans la « guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l'islamisme radical » que mène la France. Dans un discours enflammé prononcé mardi à l'Assemblée nationale, il a soutenu que des « risques importants et très élevés » existaient toujours et il a incité les Français à demeurer vigilants.

À une situation exceptionnelle doivent répondre des mesures exceptionnelles. Mais je le dis avec la même force : jamais des mesures d'exception qui dérogeraient au principe du droit et des valeurs.

Manuel Valls, premier ministre de la France

Le chef du gouvernement français a notamment annoncé que des détenus considérés comme radicalisés seraient confinés « d'ici la fin de l'année » dans des « quartiers spécifiques » dans quatre prisons du pays, afin qu'ils soient isolés des autres. Une première expérience du genre est en cours depuis la mi-octobre à la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne.

Manuel Valls a aussi souligné la nécessité de « régulièrement renforcer » les « services en charge du renseignement intérieur et la juridiction antiterroriste ». Selon lui, « sans renforcement très significatif des moyens humains et matériels, les services de renseignement intérieur pourraient se trouver débordés. On dépasse désormais 1250 individus pour les seules filières irako-syriennes » en France, a-t-il noté.

Le premier ministre a promis de déployer les « moyens nécessaires » pour parvenir à cet objectif. Ils « doivent permettre de renforcer les compétences et de diversifier les recrutements : informaticiens, analystes, chercheurs ou interprètes », a-t-il poursuivi. 

M. Valls a également demandé à son ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de lui soumettre des « propositions de renforcement » d'ici huit jours. « Elles devront notamment concerner Internet et les réseaux sociaux, qui sont plus que jamais utilisés pour l'embrigadement, la mise en contact, et l'acquisition de techniques permettant de passer à l'acte », a-t-il précisé.

Il a aussi ajouté que les noms de tous les individus condamnés ou mis en examen pour terrorisme seront regroupés dans un fichier. Ces personnes devront déclarer leur adresse et signaler leurs changements de domicile, afin de faciliter leur suivi.

Quelques développements récents dans l'enquête

  • Fritz-Joly Joachin, un Français qui entretiendrait des liens avec les responsables de l'attentat contre Charlie Hebdo, a été épinglé en Bulgarie. Selon la procureure bulgare Darina Slavova, il faisait l'objet d'un mandat d'arrestation européen pour « participation à un groupe criminel armé dont l'objectif était l'organisation d'actes terroristes », et aurait été « plusieurs fois en contact » avec Chérif Kouachi. Jocachin, 29 ans, a été arrêté le 1er janvier alors qu'il tentait de franchir la frontière bulgaro-turque à bord d'un bus. La Bulgarie croit qu'il cherchait à se rendre en Syrie.
  • La police française croit que jusqu'à six autres membres d'une cellule terroriste pourraient être toujours en liberté, dont un homme aperçu au volant d'une voiture enregistrée au nom de la veuve d'Amedy Coulibaly, le responsable de la prise d'otages dans une épicerie juive de l'est de Paris vendredi dernier. Deux policiers ont expliqué à Associated Press qu'ils fouillaient la région de Paris pour retrouver la Mini Cooper d'Hayat Boumeddiene. Selon des responsables turcs, la femme se trouve maintenant en Syrie.
  • Selon Le Monde, Hayat Boumeddiene a pu quitter la France grâce à l'aide d'un dénommé Mehdi Belhoucine, un homme connu des services de renseignements français. Son frère aîné, Mohamed Belhoucine, a été condamné à deux ans de prison en juillet dernier pour sa participation à une filière acheminant des combattants vers la zone pakistano-afghane.

Avant le discours de Manuel Valls, les députés ont chanté la Marseillaise, une première depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

Surveillance accrue des passagers aériens

Manuel Valls a aussi annoncé la mise en place, en septembre prochain, d'un système d'échanges de données sur les passagers européens, dit PNR (passenger name record ou données des dossiers passagers). Il sera d'abord en vigueur pour certains vols effectués en dehors de la zone Schengen, qui regroupe 26 pays membres de l'Union européenne.

Ce système, qui doit compiler diverses données  - nom, adresse et numéro de téléphone du passager, dates et itinéraire du voyage, mode de paiement, etc. - a pour objectif d'améliorer « la surveillance des déplacements aériens des personnes suspectes d'activités criminelles ».

Le premier ministre a appelé « solennellement » le Parlement européen « à voter comme nous le lui demandons depuis deux ans, avec l'ensemble des gouvernements, ce dispositif qui est indispensable ».

La création d'un système PNR est actuellement bloquée au Parlement européen. L'institution a gelé en novembre un accord en ce sens conclu avec le Canada en attendant un avis de la justice européenne.

Dimanche, les ministres de l'Intérieur de 11 pays européens et le secrétaire américain à la Justice, réunis à Paris dans la foulée des attentats de la semaine dernière, ont affirmé qu'un tel système répondrait à un « besoin urgent et crucial ».

Plaidoyer contre l'antisémitisme

Manuels Valls a aussi dénoncé le « nouvel antisémitisme » qui se manifeste sur fond de « détestation de l'État d'Israël » et il a fustigé le polémiste Dieudonné, visé par une enquête pour apologie du terrorisme après les attentats de Paris. Selon lui, la France ne s'est pas assez indignée des attaques contre les juifs de France.

« Comment accepter que, dans certains établissements, collèges, lycées, on ne puisse pas enseigner la Shoah? », a-t-il lancé aux députés.

« Et quelle terrible coïncidence, quel affront que de voir un récidiviste de la haine tenir son spectacle au moment même où, samedi soir, la nation, porte de Vincennes, se recueillait », a-t-il ajouté, en référence à Dieudonné.

« La France sans les juifs de France n'est plus la France. Disons-le à la face du monde », a-t-il lancé.

Je ne veux plus que dans notre pays il y ait des juifs qui puissent avoir peur et je ne veux pas qu'il y ait des musulmans qui aient honte. 

Manuel Valls, premier ministre français

L'armée française reste engagée en Irak

Peu après le discours du premier ministre Valls, les députés français ont approuvé la prolongation de l'intervention des forces françaises en Irak. par 488 voix contre 1. Tous les groupes représentés à l'Assemblée nationale ont donné leur feu vert, à l'exception du Front de gauche, qui s'est abstenu.

Ce vote survient quelques jours après une série d'attentats en France, mais il était prévu depuis longtemps. En vertu de la Constitution, les députés doivent se prononcer sur la prolongation de telles missions quatre mois après le début des opérations.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International