•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt misera sur les infrastructures québécoises

Entente Québec-Caisse de dépôt : entrevue avec Michael Sabia

Pour la première fois de son histoire, la Caisse de dépôt et placement du Québec gérera de grands projets d'infrastructures en partenariat avec le gouvernement de la province.

En vertu de l'entente dévoilée ce matin, le gouvernement présentera à la Caisse de dépôt des projets d'infrastructures qu'elle pourrait prendre en charge. L'institution choisira par la suite les projets lui semblant intéressants et en assumera la planification, le financement, la mise en oeuvre et l'exploitation.

Le gouvernement juge que cette nouvelle façon de faire pourrait accélérer la réalisation de grands projets et contribuer à la croissance économique du Québec. De son côté, la Caisse de dépôt promet de faire fructifier l'avoir des déposants en misant sur des ouvrages qui assurent un rendement commercial.

« L'entente annoncée aujourd'hui nous permettra d'accroître notre exposition aux infrastructures tout en mettant notre expertise au service de l'économie. Ces investissements généreront des rendements commerciaux qui aideront à sécuriser la retraite future des Québécois. En somme, tous en ressortent gagnants », a souligné Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse.

Pour consulter le tableau suivant sur votre appareil mobile, cliquez sur ce lien (Nouvelle fenêtre)

Pour déployer ce nouveau modèle d'affaires, la Caisse de dépôt devra obtenir de l'Assemblée nationale du Québec des amendements législatifs qui permettront la création d'une nouvelle filiale consacrée aux infrastructures.

Il n'est pas question de dicter quoi que ce soit à la Caisse, parce que la Caisse peut tout à fait, soit au début, soit au milieu du processus, dire : "non, ce projet-là n'est pas éligible, il ne présente pas la valeur commerciale suffisante pour que la Caisse s'y intéresse. Revenez avec un autre projet, mais pas celui-là".

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le premier ministre Couillard a ajouté que le gouvernement allait « respecter totalement l'indépendance de la Caisse », après quoi Michael Sabia a déclaré qu'il était « très à l'aise » avec le fait d'entendre le premier ministre du Québec réaffirmer l'indépendance de la Caisse.

Pour consulter le tableau suivant sur votre appareil mobile, cliquez sur ce lien (Nouvelle fenêtre) 

La Caisse de dépôt et de placement du Québec : un investisseur et un opérateur expérimenté 

Pour le gouvernement, cette entente permet également d'assainir les finances publiques, puisque les dettes et les coûts qui sont associés aux différents projets pourront être exclus du bilan du gouvernement.

Par ailleurs, l'apport de la Caisse sera précieux puisqu'elle constitue « un investisseur et un opérateur expérimenté », a souligné le premier ministre Couillard, qui affirme que, dès son arrivée au gouvernement, il s'est demandé comment il se faisait que la Caisse était présente partout dans le monde pour faire des infrastructures, mais pas au Québec. Ce sera désormais différent, a affirmé Philippe Couillard : « Et la beauté de la chose, c'est que le rendement, ça ne s'en va pas à l'étranger dans une entreprise privée, ça reste dans le bas de laine des Québécois, dans une institution publique », a-t-il conclu.

La Caisse investit depuis 15 ans dans les infrastructures au Canada, en Europe, aux États-Unis, ainsi qu'en Australie.

Le portefeuille de la Caisse en infrastructures atteint 10 milliards de dollars. Au 30 juin dernier, l'actif net de l'investisseur institutionnel s'élevait à 214,7 milliards.

Projets liés aux transports

Cette entente prévoit en priorité la réalisation du projet de système de transport collectif sur le nouveau pont Champlain et d'un système de transport reliant le centre-ville de Montréal à l'ouest de l'île. Selon Québec, ces deux projets nécessiteront un financement totalisant 5 milliards de dollars.

L'annonce d'aujourd'hui est majeure. Elle marque une nouvelle approche dans le financement de projets de transport collectif qui sont vitaux pour le développement économique de Montréal et pour celui de la grande région métropolitaine. [...] Les investissements demandés pour réaliser les projets de transport collectif à Montréal sont colossaux. Mais, tous s'entendent pour dire qu'ils sont nécessaires.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, également président de la Communauté métropolitaine de Montréal

La Caisse de dépôt s'engage à réaliser ces grands ouvrages dans le respect des budgets et des délais prévus, soit d'ici 2020. L'institution affirme qu'en pilotant les projets du début à la fin, elle pourra réduire les délais de livraison et garantir la qualité des travaux.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a investi près de 10 milliards de dollars de son actif dans différents projets d'infrastructures à travers le monde. Ces placements ont généré un rendement de 16,8 % au cours des quatre dernières années.

Récents investissements de la Caisse en infrastructures

  • Construction d'un centre de recherche et traitement sur le cancer à Victoria, en Australie (2012) : 1,46 milliard de dollars canadiens
  • Modernisation du Terminal 2 de l'aéroport de Heathrow, à Londres (2009-2014) : 4,17 milliards de dollars canadiens
  • Expansion et modernisation de l'aéroport de Hambourg (2001-2010) : 495 millions de dollars canadiens
  • Construction d'une centrale au gaz dans l'État de New-York (2004-2006) : 1 milliard de dollars canadiens
  • Modernisation du Terminal 5 de l'aéroport de Heathrow (2001-2008) : 7,8 milliards de dollars canadiens
  • Construction d'une ligne de train léger entre le centre-ville et l'aéroport de Vancouver (2005-2009) : 1,9 milliard de dollars canadiens
  • Construction de l'autoroute 407 en Ontario (1999-2001) : 900 millions de dollars canadiens

Source : Caisse de dépôt et placement du Québec

Vers un futur pont Champlain
Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Économie