•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chômage à Saguenay : les politiciens se renvoient la balle

Recherche d'emplois

Taux de chômage.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les politiciens de différentes allégeances ont chacun leur explication des causes qui font que Saguenay se retrouve en tête des villes canadiennes pour le plus haut taux de chômage, qui s'élevait à 9,6 % en décembre.

Le député libéral de Dubuc, Serge Simard, assure que la création d'emploi demeure la priorité du gouvernement Couillard et attribue la montée du taux de chômage à l'ancien gouvernement.

« Ç'a pris 18 mois à l'ancien gouvernement pour arrêter la roue de l'économie, affirme M. Simard. Mais maintenant, quand c'est le temps de la repartir, c'est très difficile. »

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, estime que Serge Simard y va un peu fort. Il rappelle que ce sont les libéraux qui ont mis la hache dans les centres locaux de développement et réduit les outils de soutien à l'investissement des régions ressources.

« On pourrait remonter jusqu'au Big Bang, si on veut, mais il reste qu'il y a des gestes qui ont été posés depuis l'arrivée de ce gouvernement-là et qui nuisent à l'emploi », croit M. Gaudreault.

À Saguenay, le maire Jean Tremblay déplore également de voir sa ville coiffée du titre de capitale du chômage. Et il blâme l'opposition municipale pour l'échec de projets qui auraient pu relancer l'emploi.

« On avait un projet de 10 millions de dollars, puis ça amenait des emplois à La Baie. Mais ç'a été bloqué par le gouvernement provincial parce qu'il y a eu une plainte de l'opposition à Saguenay », soutient-il.

De son côté, la conseillère de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) Josée Néron estime que l'administration du maire Tremblay n'a qu'elle à blâmer et en particulier, son organe de développement économique, Promotion Saguenay.

« On met énormément d'espoir dans Promotion Saguenay, on investit depuis plusieurs années près de 10 millions $ par année de nos deniers publics dans une organisation qui ne livre pas la marchandise », croit Mme Néron.

Tous les élus ont spontanément mentionné le sommet socio-économique promis par Philippe Couillard comme une occasion de relancer le développement, sauf l'organisateur de l'événement, Serge Simard.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.