•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La France déploie 10 000 militaires pour assurer sa sécurité

Des policiers qui ont assuré la sécurité des citoyens qui ont défilé à la marche républicaine de dimanche.

Des policiers qui ont assuré la sécurité des citoyens qui ont défilé à la marche républicaine de dimanche.

Photo : Yves Herman / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dix mille militaires seront déployés dès mardi soir dans le cadre du plan Vigipirate, maintenu à son niveau le plus élevé après les attentats qui ont fait 17 morts la semaine dernière en France, a annoncé lundi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Le plan Vigipirate a été relevé mercredi au niveau « alerte attentat » après la tuerie au siège de Charlie Hebdo, première des attaques qui ont ensanglanté le pays trois jours durant.

« Le président de la République a demandé aux forces armées de participer à la sécurité des points sensibles du territoire en raison de l'ampleur des menaces qui existent », a dit Jean-Yves Le Drian à la presse à l'issue d'une réunion sur la sécurité à l'Élysée.

« Nous avons décidé, avec le chef d'état-major des armées, de mobiliser 10 000 hommes qui seront en situation de protection des points sensibles sur l'ensemble du territoire dès demain [mardi] soir. »

Un peu plus tôt, Manuel Valls avait parlé de près de 8500 soldats, évoquant une mobilisation sans précédent des forces armées pour une mission de protection civile.

Ce déploiement militaire, expliquait le premier ministre sur RMC et BFM TV, vient « en plus de l'engagement des forces de l'ordre, policiers et gendarmes, puisque 4100 gendarmes mobiles et CRS sont déjà déployés ».

Après la prise d'otages dans laquelle quatre personnes ont été tuées, vendredi, dans une épicerie cacher de la capitale, les lieux de culte et institutions confessionnelles font, comme les journaux, l'objet d'une surveillance renforcée.

Manuel Valls citait lundi matin « les synagogues, les écoles confessionnelles juives, mais aussi les mosquées, parce que ces derniers jours il y a eu un certain nombre d'attaques contre les mosquées ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.