•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal marche en solidarité avec la France 

Olivier Bachand rend compte des manifestations dans le monde et Michel Marsolais de celles au Canada.
Radio-Canada

À Montréal, plus de 25 000 personnes ont pris part à une marche de solidarité avec le peuple français, afin de le soutenir dans l'épreuve à la suite des attaques terroristes de la semaine.

La manifestation, organisée à l'initiative du collectif « Je suis Charlie Montréal », est partie de la Place des festivals, au centre-ville de Montréal, vers 11 h. Plusieurs dignitaires ont pris part à la marche, tels que le maire Denis Coderre, les ministres Yves Bolduc et Gaétan Barrette et des journalistes québécois sensibles à la défense de la liberté de la presse.

Tenant bien haut des drapeaux français, québécois, voire israéliens, les marcheurs se sont dirigés dans une atmosphère de recueillement vers le consulat de la France, où une minute de silence a été observée.

Même après que le consul français Bruno Clerc ait demandé aux gens de se disperser dans le calme, plusieurs d’entre eux sont restés sur place, entonnant La Marseillaise ou scandant « Je suis Charlie, je suis Charlie ! »

« Je pense que ça fait beaucoup de bien de voir de tels rassemblements, aussi bien aux familles des victimes, qu'à toutes les personnes qui se sentent touchées », a affirmé l'un des organisateurs Yan Chantrelle. « Nous sommes tous en deuil par rapport à ce qui s'est passé. Et je pense que c'est le plus beau message qui peut être envoyé aux personnes qui sont en France et qui subissent ça dans leur chair. »

Notre journaliste Marie-Laure Josselin a demandé à quelques personnes ce que signifiait, pour elles, l’expression « Je suis Charlie » :

C’est la possibilité de rire de toutes les stupidités que l’humain peut faire, même en allant dans les extrêmes.

« Je suis Charlie », c’est toutes les religions, avec tout ce qu’il y a de magnifique dans chacune d’elle.

C’est de se trouver avec toutes les nationalités en faveur de la liberté d’expression, peu importe nos croyances religieuses.

Recueillement de la communauté juive

En soirée, des membres de la communauté juive de Montréal se sont rassemblés dans une synagogue de Côte-Saint-Luc en hommage aux victimes des attentats. Quatre Juifs ont été tués lors de la prise d'otages dans une épicerie cachère de Paris.

« Il y a des liens familiaux, des gens ont des parents en France. La cousine d'un collègue était l'une des otages à l'épicerie, cette semaine. Donc, on est interpellé vraiment très personnellement par les événements », a expliqué le directeur associé du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, David Ouellette.

Déjà mercredi, le soir de la tragédie à Charlie Hebdo, quelques centaines de personnes s'étaient rassemblées pour une vigile devant l'hôtel de ville de Montréal, à la demande du maire Denis Coderre.

D'autres marches se tenaient ailleurs au Canada aujourd'hui. Le premier ministre Philippe Couillard a participé à celle de Québec.

« Ce que nous disons ensemble aujourd'hui aux Français, c'est notre affection, notre solidarité », a affirmé le premier ministre du Québec.

Oui à la société de droit démocratique qui affirme ensemble, aujourd'hui, qu'elle gagne par rapport à ces chevaliers de l'obscurantisme qui nous ont attaqués.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

À Montréal, le maire Denis Coderre a expliqué pourquoi il tenait à être de la manifestation. « C'est important pour montrer notre solidarité. C'est important parce que, ce qu'on a de plus précieux c'est la liberté. »
 
Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a eu ce commentaire: « Je pense qu'il faut considérer aujourd'hui comme un moment fort pour l'humanité entière. »

L'ex-premier ministre du Québec Bernard Landry a aussi marché avec les manifestants en soulignant que « la liberté c'est le fondement de la démocratie. »

Grand Montréal

Société