•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-maire de Boisbriand a eu droit à des vacances payées par la firme Roche

Gilles Cloutier est continuellement accompagné par une policière lors de ses déplacements au palais de justice de Saint-Jérôme.

Gilles Cloutier est continuellement accompagné par une policière lors de ses déplacements au palais de justice de Saint-Jérôme.

Photo : Francis Labbé

Radio-Canada

Témoignant au premier procès découlant des frappes de l'UPAC, l'ex-vice-président au développement des affaires de la firme de génie Roche, Gilles Cloutier, a admis avoir payé un voyage à Puerto Vallarta, au Mexique, à l'ex-maire de Boisbriand, Robert Poirier.

Un texte de Michel MarsolaisTwitterCourriel

Ce voyage pour quatre personnes, d'une valeur de 8000 $, lui a été remboursé par la firme Roche sur présentation d'une facture, a expliqué M. Cloutier. Robert Poirier, France Michaud, ex-vice-présidente chez Roche, et Rosaire Fontaine, un ex-employé de la firme BPR-Triax, font face à plusieurs chefs d'accusation de fraudes et d'abus de confiance entourant l'octroi de contrats à la Ville de Boisbriand entre 2000 et 2009.

Témoignage laborieux

Dans un témoignage un peu confus et rendu difficile par sa surdité, Gilles Cloutier, 74 ans, a raconté à nouveau avoir participé à des activités de financement politique à Boisbriand en achetant des billets qui lui étaient remboursés par sa firme de conseil.

Mais le spécialiste des élections « clé-en-main » a rappelé qu'il avait manifesté sa frustration de voir un concurrent - BPR-Triax - remporter presque tous les contrats, malgré les dons qu'il faisait à l'équipe du maire Poirier au nom de la firme Roche.

Il a ensuite indiqué qu'il avait reçu l'assurance du maire Robert Poirier et de Jean-Guy Gagnon, organisateur de M. Poirier, aujourd'hui décédé, que ce serait bientôt le tour de Roche.

La firme Roche devait décrocher le contrat de génie pour la réfection et d'agrandissement de l'usine d'épuration des eaux de Boisbriand. Le coût de ce projet est passé de 18 millions $ à 28 millions $ en cours d'exécution.

Oui pour le ouï-dire

Le témoignage de Gilles Cloutier avait été interrompu cette semaine alors que les avocats des trois accusés s'étaient objectés à ce que M. Cloutier rapporte les propos de d'autres personnes, ce qu'on qualifiait de ouï-dire.

Le juge Normand Bonin a finalement décidé vendredi d'autoriser le témoignage de M. Cloutier en citant de nombreuses jurisprudences, ce qui a ralenti le procès d'une demi-journée.

Gilles Cloutier, qui avait été un des témoins vedettes de la Commission Charbonneau, reprendra son témoignage lundi prochain à Saint-Jérôme. Le procès devrait durer 5 semaines et une vingtaine de témoins devraient être entendus.

Au printemps dernier, un autre élue de Boisbriand, l'ex-mairesse Sylvie St-Jean, avait reconnu sa culpabilité face à des accusations similaires. Elle avait avoué avoir maintenu en place un stratagème d'octroi qui avantageait les firmes d'ingénierie Roche, BPR-Triax et Groupe Séguin.

Grand Montréal

Société