•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chute des conservateurs en Atlantique?

Des baisses d'impôt pour les familles

Des baisses d'impôt pour les familles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À neuf mois de la prochaine campagne électorale fédérale, l'opinion publique en Atlantique se précise par rapport aux différentes formations politiques. Et avec le dernier sondage qui place les libéraux loin devant, le Parti conservateur du Canada aura fort à faire pour remporter la bataille de l'Atlantique en 2015.

Un reportage de Antoine TrépanierTwitterCourriel

Lors des élections de mai 2011, le Parti conservateur a remporté 14 des 32 sièges en Atlantique, dont huit des dix circonscriptions du Nouveau-Brunswick.

Mais depuis, la popularité des bleus n'a cessé de baisser, et ce, au profit des libéraux.

La réforme de l'assurance-emploi de 2013, la gestion du transport ferroviaire dans la région et les ennuis de l'ex-ministre conservateur et député démissionnaire de Labrador, Peter Penashue, ont notamment contribué à l'effritement des appuis pour le Parti conservateur.

C'est trop tôt pour dire, mais j'ai l'impression que ça va être tout au minimum un gouvernement minoritaire.

Une citation de :Robert Goguen, député conservateur de Moncton-Riverview-Dieppe


Le cas de M. Penashue est particulièrement révélateur pour les conservateurs. Des contributions non admissibles lors de la dernière campagne électorale de 2011 ont poussé l'ancien ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé à démissionner le 14 mars 2013.

Ce dernier a tenté de se faire réélire lors de l'élection partielle du 13 mai 2013, mais s'est avoué vaincu devant la candidate libérale Yvonne Jones. Cette dernière a remporté l'élection par une écrasante majorité de près de 2000 voix.

Répartition des sièges en Atlantique, par parti, après l'élection du 2 mai 2011 :

  • Parti conservateur : 14
  • Parti libéral : 12
  • NPD : 6

Depuis, tous les sondages montrent le Parti libéral de Justin Trudeau loin devant les conservateurs de M. Harper en Atlantique.

Le 6 janvier, la firme Corporate research and associates d'Halifax publiait un nouveau sondage sur les intentions de vote en Atlantique. Les résultats : 55 % des résidents de la région appuient le Parti libéral, alors que 26 % d'entre eux optent plutôt pour le Parti conservateur. Loin derrière, on retrouve les néo-démocrates à 16 % et les verts à 3 %.

La popularité du chef du Parti conservateur, Stephen Harper, s'établit actuellement à 19 %. De son côté, Justin Trudeau, du Parti libéral, est préféré par 42 % des résidents de l'Atlantique

Pour le député conservateur de la région de Moncton, au Nouveau-Brunswick, ces sondages n'ont pas beaucoup de significations puisque la marche est longue avant une élection.

Le député de Moncton-Riverview-Dieppe, Robert GoguenAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député de Moncton-Riverview-Dieppe, Robert Goguen

Photo : Guy R. LeBlanc/Radio-Canada

« Le seul sondage réel, c'est le jour de l'élection. Mais, ce qui est intéressant dans le dernier sondage de CRA, l'échantillon est de 400 personnes dont 45 % étaient indécises. Le réel nombre de personnes qui a répondu, c'est 220, dont 108 libéraux et 68 conservateurs. Qu'est-ce que ça signifie une année avant l'élection? Peu de choses », a déclaré Robert Goguen.

Le politologue Jean-François Caron affirme qu'effectivement, « le jeu politique demeure très ouvert » pour les différents partis politiques au fédéral. Avec des appuis qui tergiversent au gré des saisons et un nombre important d'indécis, rien n'est perdu pour les conservateurs.

La famille libérale en symbiose

Justin Trudeau, chef du PLCAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Justin Trudeau, chef du PLC

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Parti libéral fédéral joue gros en Atlantique et cela passe notamment par le succès des libéraux de chacune des provinces de la région qui dominent largement les sondages.

Les libéraux de Stephen McNeil, en Nouvelle-Écosse, ont remporté une forte majorité en octobre 2013. Puis, un an plus tard au Nouveau-Brunswick, c'était au tour de Brian Gallant.

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, est allé prêter main forte à la campagne de Brian Gallant, le jeune chef libéral du Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, est allé prêter main forte à la campagne de Brian Gallant, le jeune chef libéral du Nouveau-Brunswick.

Les résidents de l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador se rendront aux urnes en 2015, et rien n'indique que les conservateurs renverseront la vapeur.

« On peut s'attendre à ce que Brian Gallant, Stephen McNeil, les libéraux de l'Île-du-Prince-Édouard vont mettre leur machine électorale derrière les libéraux de Justin Trudeau pour octobre prochain », soutient Jean-François Caron.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.