•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une prise d’otages sanglante finit par la mort du djihadiste Coulibaly

Des otages sont évacués après que l'assaut eut été donné contre l'épicerie juive située dans le 12e arrondissement de Paris.

Photo : AFP / Getty Images/THOMAS SAMSON

Radio-Canada

La prise d'otages survenue vendredi matin dans un supermarché cacher situé près de la porte de Vincennes, dans l'est de Paris, s'est terminée de façon dramatique, en début de soirée, quand les forces spéciales de la police française ont donné l'assaut contre l'établissement.

Dans une brève allocution à la nation, le président français François Hollande a fait état de quatre morts au terme de cette attaque, en plus du preneur d'otages. 

Un certain nombre d'otages ont cependant été libérés durant l'assaut. Selon l'Agence France-Presse, quatre ont été grièvement blessés. Cette information n'a pas été confirmée par les autorités. 

La prise d'otages est survenue vers 13 h, heure locale, après une fusillade dans le secteur. Un énorme dispositif policier s'est immédiatement déployé dans le secteur.

L'auteur de la prise d'otages serait Amedy Coulibaly, suspecté d'être le responsable de la fusillade qui a tué une policière et fait un blessé grave, jeudi, à Montrouge.

Il serait lié aux frères Kouachi, soupçonnés d'être les auteurs du carnage commis mercredi à Charlie Hebdo. Ces derniers ont eux-mêmes été tués dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, au nord-est de Paris.

Les deux établissements ont été pris d'assaut de façon quasi simultanée. 

En conférence de presse en soirée, le procureur de Paris, François Molins, a affirmé que le djihadiste Coulibaly avait menacé d'abattre tous ses otages si l'assaut devait être donné contre l'imprimerie où les frères Kouachi étaient retranchés.

Aucun otage n'est décédé au cours de l'assaut donné par les forces de l'ordre. Les décès sont vraisemblablement intervenus lorsqu'ils ont été tués par le terroriste lorsqu'il est rentré dans le supermarché.

François Mollin procureur de la République à Paris

Un lien avec les frères Kouachi

Dans une entrevue à la chaîne française BFMTV, Amedy Coulibaly a précisé que son opération était « synchronisée » dès le départ avec celle de Saïd et Chérif Kouachi. « Eux [les frères Kouachi] Charlie Hebdo, et moi les policiers », a-t-il dit au téléphone.

Selon BFM-TV, Coulibaly a dit appartenir à l'État islamique (EI). Affirmant défendre les musulmans opprimés, notamment en Palestine, il a expliqué qu'il avait choisi l'épicerie Hyper Cacher parce qu'il ciblait « des juifs ».

L'assaillant a également fait savoir qu'au moment de l'entretien téléphonique, il y avait 4 personnes mortes dans le magasin et 16 otages, dont des enfants. 

D'après certaines sources policières citées par des médias français, Amedy Coulibaly aurait appelé des proches pour leur demander d'attaquer des cibles avant d'être tué dans l'assaut. Il avait aussi en sa possession des explosifs.

Sa compagne, Hayat Boumeddiene, est toujours activement rercherchée par la police.

Le procureur de Paris, François Molins, a affirmé qu'il y a eu 500 appels téléphoniques entre la femme de Coulibaly et celle de Chérif Kouachi en 2014.

La préfecture de police de Paris a lancé un appel à témoins pour retrouver un homme et une femme qui seraient liés à la fusillade de Montrouge

La Préfecture de police de Paris a lancé un appel à témoins pour retrouver un homme et une femme qui seraient liés à la fusillade de Montrouge et à la prise d'otages de la prte de Vincennes.

Photo : Préfecture de police de Paris

Selon des sources policières, Amedy Coulibaly et les frères Kouachi font partie de la filière djihadiste dite « des Buttes-Chaumont », dont des membres ont déjà été condamnés par la justice française.

Deux proches d'Amedy Coulibaly ont été interpellés vendredi matin, toujours selon des sources policières. Le maire de la ville de Grigny, dans le sud de la banlieue parisienne, a confirmé à l'AFP que les interpellations dans « le cadre familial de l'individu recherché » ont eu lieu sur son territoire.

Amedy Coulibaly est connu des autorités policières françaises. Il a notamment été condamné pour le projet d'évasion d'un djihadiste présumé, Smaïn Ait Ali Belkacem, en 2010. Chérif Kouachi a aussi été mis en examen relativement à cette affaire, mais il a finalement bénéficié d'un non-lieu.

Smaïn Ait Ali Belkacem avait été condamné en novembre 2002 pour sa participation à un attentat commis à la station RER Musée d'Orsay en octobre 1995.

Pour suivre en direct cet événement depuis votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, Le Monde, Le Figaro, et iTélé

International