•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un épaulard nouveau-né est bien une femelle

Le bébé orque nage en famille près de l'île de Vancouver.

Le bébé orque nage en famille près de l'île de Vancouver.

Photo : Center for Whale Research

Radio-Canada

Les biologistes d'un centre de recherche sur les baleines dans l'État de Washington ont confirmé qu'un épaulard nouveau-né observé pour la première fois le 30 décembre est bien une femelle nageant au large du sud de la Colombie-Britannique.

D'après Ken Balcomb du Center for Whale Research (CWR), deux bénévoles ont photographié le bébé épaulard surnommé J-50 qui, en se roulant dans l'eau, a pu leur montrer sa fente génitale.

« C'est une merveilleuse nouvelle », s'est exclamé le scientifique en soulignant l'importance d'avoir une femelle, car sa présence permet à la population d'une colonie d'orques de croître. En effet, dit-il, le nombre d'épaulards constatés près de la Colombie-Britannique n'a jamais été aussi bas. La naissance de J-50 porte le nombre d'épaulards dans ces eaux de mer à seulement 78.

L'épaulard J-50 se retourne dans l'eau et confirme ainsi qu'il s'agit d'une femelle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'épaulard J-50 se retourne dans l'eau et confirme ainsi qu'il s'agit d'une femelle.

Photo : Center for Whale Research

Entre temps, les scientifiques tentent d'identifier la mère du nouveau-né. « Ce qui est étrange, c'est que le [bébé épaulard] nageait aux côtés d'une baleine de 43 ans, soit au-delà de ses capacités reproductrices », a expliqué le centre de recherche dans un communiqué.

« Il suffit parfois de quelques rencontres et un peu de temps pour résoudre ces questions, car ces baleines sont très affectueuses et la garde de petits n'est pas inhabituelle, en particulier par les grands-mères », ajoute le centre qui travaille avec des chercheurs de Pêches et Océans Canada.

La pollution, le bruit causé par des embarcations et la pénurie de nourriture rendent difficile l'expansion du nombre de ces épaulards vivant le long de la côte Ouest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement