•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compteurs « intelligents » : des citoyens mécontents

Photo : iStock

Radio-Canada

L’installation prochaine des nouveaux compteurs, dit communicants, d’Hydro-Québec continue de faire discuter. Des citoyens ont des craintes concernant les ondes émises par ces compteurs. Certains se plaignent par ailleurs du temps d'attente téléphonique chez d'Hydro-Québec, afin de se retirer du programme d'installation des nouveaux compteurs.

Un mouvement qui s’oppose à l’utilisation de cette nouvelle technologie s’est d’ailleurs créé dans 11 des 16 régions du Québec, dont au Bas-Saint-Laurent. « Refusons les compteurs » a vu le jour en 2011. Le mouvement « invite les gens qui désirent s’impliquer à joindre un groupe local ou régional dans un premier temps pour éventuellement peut-être créer un groupe dans leur localité ».

Sa mission est « de rassembler et de soutenir les citoyens qui s’opposent au déploiement du réseau maillé des compteurs intelligents dans le but de protéger la santé, l’environnement et la vie privée ».

Si des groupes se forment, des propriétaires, eux, se questionnent sur les pertinences de ces compteurs.

À Rimouski, Patrick Labrie est propriétaire d’un immeuble qui sera bientôt démoli. La société d’État souhaite tout de même installer son nouvel appareil.

« Ils vont installer les compteurs, dont deux qui ne serviront jamais puisque les locataires sont déjà partis et tout ça fait au gros prix par un sous-traitant », rapporte-t-il. M. Labrie mentionne qu’Hydro-Québec lui a dit que le cheminement suivra son cours, car le compteur servira quand même quatre à cinq mois.

Regardez le reportage de l’émission Découverte :

Le Rimouskois Robert Ouellet veut aussi refuser l’installation d’un compteur intelligent sur sa maison.

« Ils ne m’ont pas convaincu de la pertinence de leur compteur, j’ai peur qu’il soit capable d’augmenter la facturation comme ils le veulent et qu’on ne puisse le voir », dit Robert Ouellet qui avoue avoir eu un bon service quand il a parlé avec un employé d’Hydro-Québec.

Rappelons que les citoyens qui souhaitent se soustraire au programme d'installation des compteurs intelligents doivent délier les cordons de leur bourse pour faire installer un compteur conventionnel. La Régie de l'énergie a d'ailleurs diminué les frais que voulait imposer Hydro-Québec. Pour l'installation, les gens doivent payer 15 $ au lieu de 98 $. Ils devront aussi débourser 5 $ à la place de 17 $ pour la lecture manuelle de leur compteur.

L'équipe d'Info-Réveil a fait un appel à Hydro-Québec en plus de parler avec M. Ouellet, à écoutez : 

De son côté, Hydro-Québec avance que moins d'un pour cent de ses clients ne veulent pas de ces compteurs.

D'ici la fin de 2016, Hydro-Québec souhaite changer ses 3,75 millions de compteurs de la province. À la mi-décembre, 2,5 millions compteurs intelligents avaient déjà été installés. Le changement de tous les anciens compteurs est nécessaire puisque les anciens appareils ne répondent plus aux normes de l'industrie et que leur fabrication a cessé depuis 2010.

Le compteur intelligent, appareil sans fil relativement nouveau, transmet de l'information en utilisant un signal RF aux services publics les informant de la quantité d'eau, de gaz ou d'électricité utilisée dans chaque résidence ou entreprise. La puissance du signal émis par le compteur intelligent est plutôt faible et se compare aux émissions des téléphones cellulaires et des technologies Wi-Fi. (Source, Santé Canada)

À lire aussi :

Compteurs intelligents: la Régie réduit les frais pour le droit de retrait

 

Est du Québec

Techno