•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ère post-amiante dans la région de Thetford : des projets espérés de 120 M$ 

Le député Laurent Lessard a reçu le document « Ère post-amiante dans la région de Thetford, vers la diversification et le développement économique durable ».

Photo : Pascale Lacombe

Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Comité de concertation économique des Appalaches (CCE) a déposé, jeudi, un document appelé « Ère post-amiante : vers la diversification et le développement économique durable ». On peut y lire les résultats de ses démarches de consultation. C'est le député de Lotbinière-Frontenac qui a reçu ces orientations de développement économique proposées. 

Au total, des dizaines de projets suggérés nécessitent des investissements de 120 millions de dollars. Les domaines ciblés sont aussi variés que la formation, les infrastructures, la promotion, l'agroalimentaire, la recherche, le recrutement de main-d'oeuvre, la santé, entre autres. 

En 2012, le gouvernement du Parti québécois mettait sur la table une somme de 50 millions de dollars pour la diversification économique de la région d'Asbestos alors que la région de Thetford Mines n'avait rien reçu. « Notre milieu déploie des efforts soutenus depuis plus de 20 ans afin de relancer l'économie de notre région sur des bases solides. Le gouvernement nous a imposé la fermeture complète d'un grand pan de notre économie locale. Il est temps que les intentions de nous aider se traduisent maintenant en actions! », demande le président du CEE, Marc-Alexandre Brousseau. 

Selon le CEE, « en regroupant les différentes demandes régionales sous une même voix, le poids en est d'autant plus important. »

Laurent Lessard assure qu'il fera cheminer ces demandes dans l'appareil gouvernemental. 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.