•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vélos à neige de plus en plus populaires

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Fatbike

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La popularité des vélos à neige, connus sous le nom de fatbike, ne cesse de grandir au Québec et un peu partout sur la planète.

Si ces vélos aux roues surdimensionnées, qui ont fait leur apparition dans les boutiques québécoises au début des années 2000, étaient perçus comme des engins excentriques il y a quelques années, ils attirent maintenant un nombre grandissant d'adeptes dans les parcs et les stations de sports d'hiver.

« Ce qui me surprend, c'est la rapidité avec laquelle la popularité du fatbike est arrivée, remarque le président de la Traversée du lac Saint-Jean à vélo et amateur de fatbike, David Lecointre. Je dirais que la seule limite actuelle de l'explosion du fatbike, c'est la capacité des fabricants à fournir des machines. »

L'engouement des derniers mois a d'ailleurs incité plusieurs commerçants à exploiter davantage ce créneau.

Par exemple, le commerce spécialisé de Saguenay Gendron Bicycle a commandé une trentaine d'exemplaires cet automne et ils ont rapidement trouvé preneurs.





« Cette année, l'année prochaine et encore pour trois bonnes années où les gens vont s'équiper, croit le propriétaire David Gendron. Là, les gens avec qui on fait affaire cette année, c'est ceux qui sont avant-gardistes, les gens qui sont toujours les premiers à s'équiper, les gens qui sont vraiment leaders. Ensuite de ça, une fois qu'on aura compris, que les gens auront essayé les vélos, des fois ils sont un peu inquiets, ils ne veulent pas acheter avant d'avoir essayé. »

L'un des principaux obstacles au développement du fatbike demeure son prix au détail qui se situe entre 1000 $ et 5000 $.

« Ce sont les pneus qui coûtent cher, explique David Lecointre. Encore, on parle de 200 $ du pneu, c'est aussi cher qu'un pneu de voiture. Par contre, c'est en train de se démocratiser parce que plus il y a de demandes, plus il y a de concurrence. »

« C'est quand même assez de niche, mais je pense que ça va se démocratiser aussi, ajoute David Gendron. Parce que le vélo donne des possibilités qu'un vélo de montagne n'a pas. Le pneu à lui tout seul donne tellement de stabilité que ce qui est dangereux ou périlleux en vélo de montagne devient facile en fatbike. »

L'autre défi pour les cyclistes consiste à trouver un endroit pour enfourcher leur vélo d'hiver. Malgré sa grande polyvalence, le fatbike procure de meilleures sensations sur des sentiers battus. La cohabitation entre les vélos, la raquette et le ski de fond semble encore difficile à certains endroits.

Événements courus

En février 2014, une vingtaine de cyclistes québécois ont participé à la première Traversée du lac Saint-Jean à vélo dans des conditions climatiques exécrables.

Malgré tout, l'événement revient pour une deuxième édition avec trois fois plus d'inscriptions et des participants de la France, des États-Unis, de l'Italie et de la Belgique.

L'organisateur de l'événement croit que le fatbike offre de nouvelles avenues pour le tourisme d'hiver.

« Je ne suis pas surpris parce qu'on est connecté maintenant avec d'autres événements internationaux de fatbike qui sont en train de se développer dans les Alpes, entre autres, la Snow Epic d'Engelberg, en Suisse, qui aura lieu en janvier. Eux aussi, ils ont des gens du monde entier qui font ça. »

Tous les propriétaires rappellent que la plus belle carte de visite du vélo à neige demeure son côté ludique. Les concepts de technique, de vitesse ou de performance sont totalement évacués. Ne reste que le plaisir de pédaler pendant les mois d'hiver et de retrouver son cœur d'enfant.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.