•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée d'hiver : nos 10 suggestions de lecture

Femme lisant sur un banc en hiver

Femme lisant sur un banc en hiver

Photo : iStock

Radio-Canada

Avez-vous l'intention de lire plus en 2015? La rentrée littéraire d'hiver tombe à pic. Voici notre sélection de 10 bouquins parmi les nouveautés annoncées.

Avec ces suggestions de lecture, vous aurez de quoi relever le défi de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook qui a fait de la lecture sa résolution pour l'année, et celui d'une poignée de blogueuses féministes québécoises qui ont lancé sur Facebook le mouvement « En 2015, je lis un livre québécois par mois » (Nouvelle fenêtre)

La couverture des « Luminaires » d'Eleanor CattonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture des « Luminaires » d'Eleanor Catton

Photo : Alto

Eleanor Catton, Les luminaires, traduction d'Erika Abrams (Alto, janvier). Son roman-fleuve de 848 pages, qui se déroule pendant la ruée vers l'or des années 1860 en Nouvelle-Zélande, lui a valu le prix Man-Booker en 2013. Le voici offert en français. 

La couverture de « Blues nègre dans une chambre rose » de Jennifer Tremblay.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture de « Blues nègre dans une chambre rose » de Jennifer Tremblay.

Photo : vlb éditeur

Jennifer Tremblay Blues nègre dans une chambre rose (VLB, janvier). La dramaturge, auteure jeunesse et éditrice signe un deuxième roman, dans lequel la protagoniste, Fanny, pour se défaire de son amour pour un homme, lui écrit dans des cahiers des mots qu'il ne lira jamais.

La couverture de « Mr Mercedes », de Stephen KingAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture de « Mr Mercedes », de Stephen King

Photo : Albin Michel

Stephen King, Mr Mercedes, traduction de Nadine Gassie (Albin Michel, février). Que les admirateurs se réjouissent, le prolifique auteur ne semble pas en panne d'inspiration. La sortie annoncée de ce nouvel opus en français en témoigne. King délaisse cette fois-ci l'épouvante pour le polar, et plonge le lecteur dans le cerveau d'un psychopathe.

La couverture de « La mort mène le bal » de Chrystine Brouillet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture de « La mort mène le bal » de Chrystine Brouillet.

Photo : Éditions de L'Homme

Chrystine Brouillet, La mort mène le bal (Éditions de l'Homme, février). La reine du polar québécois signe une nouvelle aventure de Louise, la meurtrière sans scrupules de Chère voisine. Cette fois-ci, son sang ne fait qu'un tour quand elle apprend qu'un des richissimes clients du restaurant Carte Noire a maltraité ses animaux et elle décide de le punir.

Détail de la couverture d'« Un membre permanent de la famille » de Russell BanksAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Détail de la couverture d'« Un membre permanent de la famille » de Russell Banks

Photo : Actes Sud

Russell Banks, Un membre permanent de la famille, traduction de Pierre Furlan (Actes Sud, février). L'auteur du Livre de la Jamaïque et de Sous le règne de Bone, signe 12 nouvelles empreintes de sobriété explorant le quotidien de l'Amérique d'aujourd'hui.

Une des encres de Zïlon pour « Lettre à Vincent », une oeuvre interactive diffusée par l'ONF en 2011 et devenue en 2015 un livre signé Éric Godin.  Photo :  ZïlonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une des encres de Zïlon pour « Lettre à Vincent », une oeuvre interactive diffusée par l'ONF en 2011 et devenue en 2015 un livre signé Éric Godin. Photo : Zïlon

Photo : Zïlon

Éric Godin, Lettre à Vincent (Hurtubise, mars). Dans le prolongement de son essai interactif (Nouvelle fenêtre) du même titre (ONF, 2011), l'illustrateur Éric Godin poursuit son hommage à son fils suicidé. Lettre à Vincent prend cette-fois-ci la forme d'un ensemble de courts textes pour tenter de comprendre les motifs du suicide d'un enfant. 

Nicolas DicknerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nicolas Dickner

Photo : Idra Labrie

Nicolas Dickner, Six degrés de liberté (Alto, mars). Découvert en 2005 avec Nikolski, un premier roman salué par la critique et le public, l'auteur originaire de Rivière-du-Loup a ensuite publié Tarmac (2009) et Le romancier portatif (2011), un recueil de chroniques rédigées pour le magazine culturel Voir. Il signe là un troisième roman, très attendu.

L'auteure Monique ProulxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure Monique Proulx

Photo : DR

Monique Proulx, Ce qu'il reste de moi (Boréal, avril). Vingt ans après Les aurores montréales, réflexion sur l'identité et fine satire de nos mœurs locales, la romancière montréalaise remonte cette fois-ci aux origines de la métropole à travers une galerie des personnages qui ont fait la ville. 

L'auteure Jennifer TremblayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure Jennifer Tremblay

Photo : Lucie Delemer

Marie relevait son jupon (VLB, avril). Dans ce collectif coquin illustré par Normand Cousineau, six auteurs (Aline Apostolska, Sébastien Chabot, Marie-Christine Bernard, Philibert de la Durantaye, Geneviève Lefebvre et Jennifer Tremblay, qui dirige également le recueil) imaginent la vie intime de personnages historiques ou imaginaires.

L'auteure Abla FarhoudAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure Abla Farhoud

Photo : Antoine Rouleau

Abla Farhoud, La chèvre de la montagne, (VLB, mai). Dans ce texte intime, entre récit et roman, la comédienne, dramaturge et romancière d'origine libanaise revient sur sa jeunesse et son arrivée au Canada à l'âge de 6 ans. 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Livres

Arts