•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le développement régional au coeur des élections fédérales

Le reportage d'Alix-Anne Turcotti

Photo :  Chris Young

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En vue des élections fédérales qui se tiendront cette année, des élus de l'Est du Québec commencent à cibler les enjeux régionaux qui caractériseront ce 42e scrutin. Le développement des infrastructures, l'économie régionale et la réforme de l'assurance-emploi font notamment partie des priorités.

Règle générale, les élus s'attendent à ce que les besoins locaux soient mis en priorité. Selon le professeur de sciences politiques au Cégep de Baie-Comeau, Marcel Marsolais, il s'agit de la première responsabilité du gouvernement fédéral.

« C'est d'abord et avant tout d'être à l'écoute des besoins dans les régions, dit-il. Le gouvernement dispose d'outils de développement économique comme la banque générale de développement et d'autres institutions incitatives. »

Infrastructures

Le maire de Rimouski, Éric Forest, évoque notamment le programme des infrastructures Canada-Québec comme « l'un des enjeux principaux » de la prochaine campagne. « Il n'est pas encore signé », rappelle-t-il.

« Qu'on puisse être en mesure de présenter des projets qui sont nos priorités, ajoute le maire. Je pense par exemple à des projets sur le plan sportif et communautaire. Qu'on ne soit pas confiné à faire des projets d'aqueduc et d'égout. »

Le professeur Marcel Marsolais estime que le développement des infrastructures est une priorité. « Le plus urgent pour un gouvernement, c'est de repartir la machine le plus rapidement possible par des projets d'infrastructures. Ce sont ces projets qui peuvent se démarrer à court et moyen terme ».

Développement économique local

Le développement économique local demeure l'une des principales préoccupations, comme en témoigne la mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier : « Les projets de développement local qu'on a dans nos régions auraient besoin de Développement économique Canada qui est directement géré ».

« On a des instances dans nos régions, mais les décisions se prennent à Montréal par des gens qui connaissent très peu notre réalité », ajoute-t-elle.

Assurance-emploi

La réforme de l'assurance-emploi risque également d'être sous les projecteurs puisqu'elle a laissé un goût amer dans les régions de l'Est.

Selon la mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, la réforme « a créé un énorme courant descendant ».

« Ces gens-là gagnaient très peu et maintenant, lorsqu'il y a le trou noir, ils se retrouvent à l'aide sociale », ajoute-t-elle.

Les prochaines élections fédérales devraient avoir lieu le 19 octobre.

D'après le reportage d'Alix-Anne Turcotti

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Est du Québec