•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La glace, un cauchemar pour les piétons

Déneigement à Montréal

Déneigement à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opération de déneigement se poursuit à Montréal, au lendemain d'une tempête qui a balayé le Québec. Les déplacements demeurent néanmoins difficiles, au premier chef pour les piétons.

Les trottoirs s'étant transformés en patinoires en raison de la pluie verglaçante de dimanche et de la température glaciale lundi, plusieurs piétons ont été transportés à l’hôpital après des chutes sur la glace.

« Aujourd’hui, on est débordés avec les fractures », mentionne Tarek Razek, directeur du programme adulte en traumatologie au CUSUM. Il ajoute qu’en pareilles circonstances, on voit beaucoup de fractures sérieuses aux conséquences irréversibles, notamment pour les chutes qui touchent le crâne ou la colonne vertébrale. Une petite chute peut changer le reste de la vie d'une personne, rappelle le Dr Razek.

Les ambulanciers sont parmi les premiers à intervenir et la situation n’est pas plus facile pour eux, explique Benoît Garneau, porte-parole d’Urgences-santé.

« Ils doivent composer eux aussi avec la glace. Souvent, les entrées et les escaliers ne sont pas déneigés et ne sont pas déglacés. »

— Une citation de  Benoît Garneau, porte-parole d’Urgences-santé

Ces chutes causent des blessures variées, qui vont des entorses mineures aux fractures dans les membres inférieurs et supérieurs.

M. Garneau rappelle les règles de prudence dans de telles conditions climatiques. Il recommande aux personnes cardiaques de ne pas prendre de risques en faisant trop d’efforts, entre autres pour le déneigement.

Le port de semelles à crampons est conseillé pour éviter de tomber sur la glace, et les personnes âgées sont priées de recourir à des cannes afin de garder l’équilibre.

Entrevue avec le porte-parole en matière de déneigement à la Ville de Montréal.

L'opération déneigement en branle

Les cols bleus sont à l'oeuvre et le maire Coderre en appelle à la patience des Montréalais tout en disant comprendre leur frustration.

La Ville a déployé plus de 2200 véhicules et 3000 employés pour déblayer et dégager les rues et trottoirs de la métropole au cours des prochains jours.

En entrevue à Radio-Canada, Jacques-Alain Lavallée, porte-parole en matière de déneigement, a souligné que la Ville a mis le paquet avec 90 appareils qui sillonnent trottoirs et chaussées pour venir à bout de la glace et de la neige.

« C'est littéralement une armada qui prend d'assaut les 10 000 km de trottoirs et de chaussée », affirmait plus tôt M. Lavallée.

Le responsable du déneigement précise toutefois que les changements brusques de température constituent un véritable casse-tête pour ses équipes. Ils affectent l’efficacité des abrasifs utilisés, ce qui nécessite des ajustements réguliers pour sécuriser les artères de la ville.

La glace sur la chaussée et le vent compliquent l'opération de déneigement, qui coûtera 20 millions de dollars.

En réponse aux critiques sur la disparité constatée dans différents arrondissements en matière de déglaçage des trottoirs, Jacques-Alain Lavallée explique que les arrondissements effectuent leur travail en fonction de la géographie de leurs territoires et des priorités « sur le réseau artériel ».

Il cite l’exemple des entrées des stations de métro, des arrêts d’autobus et les zones avoisinant les hôpitaux. Ces opérations devraient durer encore jusqu’à la fin de la semaine.

La Ville recommande à ses résidents d'utiliser les transports en commun pour se déplacer.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.