•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-curé Charles Picot plaide non coupable à des accusations de nature sexuelle

Charles Picot

Charles Picot (archives).

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien curé Charles Picot a plaidé non coupable, lundi à Bathurst, à de nouvelles accusations de nature sexuelle, contre deux différentes victimes. Charles Picot, qui habite la région de Montréal, n'était pas présent en cour. C'est par l'entremise de son avocat, Dave Paulin, qu'il a enregistré son plaidoyer.

Ces nouvelles accusations d'attentat à la pudeur, d'agression sexuelle et de grossière indécence se seraient produites contre deux personnes de sexe masculin, que l'on ne peut identifier parce qu'elles étaient mineures à ce moment. Les faits reprochés à Charles Picot remontent au début des années 80, à Bathurst. À l'époque, Charles Picot était curé à la paroisse du Mont-Carmen. 

Il y a eu plusieurs ajournements dans ce procès, en raison, entre autres, de l'état de santé de Charles Picot qui a subi des traitements contre le cancer, au cours des derniers mois. C'est la quatrième fois qu'il fait face à la justice pour le même type d'accusation. Il a été reconnu coupable à deux reprises d'agression sexuelle, en 1993 et en 2011. Il avait été acquitté d'accusations similaires lors d'un autre procès en 2010.

À l'annonce à la réponse de l'accusation de l'avocat de l'accusée, une des présumées victimes qui était en cour a éclaté en sanglots.

Le nouveau procès se déroulera les 26 et 27 mai.

Par ailleurs, Terry Blaquière, un homme de Campbellton accusé d'agression sexuelle sur une mineure en novembre, comparaissait aussi en cour. Il est incarcéré depuis sa mise en accusation.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Acadie