•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de 10 000 abonnés d’Hydro-Québec encore privés de courant 

Est-ce que le Canada doit s'inquiéter de cette nouvelle mouture du virus? On fait le point avec le Docteur Carignan.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une couche de verglas a recouvert une partie du sud du Québec, hier avant-midi, provoquant bon nombre d'accidents sur les routes, des pannes d'électricité dans plusieurs secteurs de la province et des retards et annulations dans les aéroports, mais les conditions s'améliorent ce matin.

Le nombre d'abonnés d'Hydro-Québec touchés par les pannes a continué de baisser tout au long de la nuit. Ce sont désormais 9589 abonnés qui n'ont pas encore d'électricité au Québec, dont 3600 à Montréal, 4860 en Montérégie et 855 en Outaouais.

Sous le poids de la glace, de nombreuses branches d'arbres sont tombées sur les installations électriques. Dans la majorité des cas, ces pannes sont causées par l'accumulation de verglas qui fait se déclencher les disjoncteurs de façon préventive pour permettre d'éviter des bris majeurs au réseau de distribution. Hydro-Québec a compté plus de 500 bris, dimanche.

À Montréal, des branches sont tombées à plusieurs endroits sous le poids de la glace recouvrant certains arbres.

La Ville de Montréal a déployé plus de 2200 véhicules afin de déblayer et dégager environ 10 000 km de rues et de trottoirs au cours des prochains jours. Les opérations de déneigement de cette fin de semaine coûteront 20 millions de dollars. La Ville indique que les opérations se poursuivront au cours de la nuit.

De plus, une opération de chargement de la neige a débuté ce soir dans plusieurs arrondissements.

Routes dangereuses

Les automobilistes doivent redoubler de prudence dans plusieurs secteurs du Québec, de l'Ontario et des Maritimes en raison du mélange de neige et de pluie qui s'est abattu sur ces régions.

La Sûreté du Québec a enregistré une centaine de sorties de route au cours des dernières heures. Une collision frontale entre deux véhicules a fait un mort sur l'autoroute 132, dimanche, près de Trois-Pistoles.

La neige n'est plus dans le portrait pour à peu près toutes les régions de la province, sauf dans le Bas-Saint-Laurent, au Saguenay et en Gaspésie. La situation se transformera dans la nuit de dimanche à lundi pour laisser place à du temps froid. L'air froid pénétrera sur le territoire québécois sous l'impulsion de vents vigoureux et s'installera confortablement pour une dizaine de jours, faisant chuter le mercure jusqu'à -30 degrés Celsius dans certaines régions.

La situation n'a eu de cesse de varier depuis le début de l'après-midi, selon Sarah Bensadoun de Transports Québec. En entrevue à Radio-Canada, Mme Bensadoun a expliqué que la chaussée était dégagée et mouillée à Montréal et en Montérégie. La visibilité s'est améliorée. Mais la situation s'est compliquée sur l'autoroute 20 en direction de Québec. Dans certains secteurs, la chaussée demeure glacée ou enneigée.

Sur l'autoroute 40 entre Trois-Rivières et Québec, la chaussée est partiellement glacée. Les conducteurs devront faire preuve de beaucoup de prudence aussi dans le secteur de Lévy, sur les autoroutes 73 et 20. Sur la Rive-sud de Québec, la 132 est partiellement glacée.

De forts vents à prévoir

Environnement Canada recommande d'éviter les sorties non essentielles jusqu'à ce que les conditions météo s'améliorent. Le météorologue Bruno Marquis explique que la situation peut évoluer dans les prochaines heures et devenir « assez problématique » notamment avec des vents du sud-ouest pouvant atteindre les 80 km/h.

Le mercure pourrait également grimper brièvement pour atteindre 1 °C et 2 °C en Montérégie. Ce ne sera pas suffisant pour faire fondre la glace sur les structures, les branches d'arbres et les fils électriques, ajoute M. Marquis.

Conditions routières

Dans l'est ontarien, plusieurs routes sont enneigées ou glacées. On rapporte des rafales de vent de 90 km/h le long du lac Ontario. Une vague de froid arctique touche le sud de la province, annonce Environnement Canada. Le secteur connaîtra ainsi ses températures les plus froides depuis le début de l'hiver.

Les provinces Maritimes voient quant à elles les averses de neige se changer en pluie verglaçante et en pluie au cours de la journée. Les routes sont enneigées ou partiellement enneigées au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Pour ce qui est des provinces du centre du Canada, du nord de l'Ontario et du nord-ouest du Québec, un avertissement de froid extrême est en vigueur. Les températures ressenties (en tenant compte du refroidissement éolien) seront de -40°C et même -50 °C degrés dans certains secteurs.

Le saviez-vous?

Le refroidissement éolien est une équation statistique qui a été créée par des chercheurs d'Environnement Canada et de son pendant américain (le National Weather Service) afin de quantifier la température perçue par le corps humain. Cet indice, créé en laboratoire à l'aide de capteurs et d'une soufflerie, combine la vitesse du vent et la température extérieure. Cet indice évalue seulement l'impression que nous ressentons quand notre peau nue est exposée au vent. Il ne s'applique pas aux objets et il n'abaisse pas la température ambiante (elle ne peut pas être plus basse que celle indiquée par le thermomètre).

Par ailleurs, un avertissement de tempête hivernale est en vigueur pour la côte de la Colombie-Britannique en soirée.

Froid arctique dans les prairies

Dans les Prairies, le mercure a chuté de manière radicale au cours des derniers jours. Avec le refroidissement éolien, les températures ressenties frôlaient les -45 degrés Celsius dimanche après-midi.

« L'air de l'Arctique canadien descend dans les Prairies. C'est la nuit polaire actuellement, donc aucun ensoleillement, et sous l'action des vents, le froid a fait son entrée sur les Prairies. Il y a de la circulation en altitude, donc une partie de cet air froid vient vers le Québec », a expliqué Bruno Marquis.

Une vague d'air arctique devrait aussi frapper le sud de l'Ontario dimanche soir, provoquant les températures les plus froides depuis le début de l'hiver dans la région.

Vols annulés

Des dizaines de vols ont été retardés ou tout simplement annulés dimanche dans les grands aéroports de l'est du pays. À l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, le porte-parole confiait en début d'après-midi qu'une cinquantaine de vols avaient des retards au décollage, et 65 autres étaient retardés à l'arrivée.

« Avant de partir, il faut aussi compter plus de temps pour le dégivrage de l'appareil en raison de la quantité de glace sur les avions. Ça prend au moins une vingtaine de minutes. Les pistes sont cependant dégagées et l'avion peut ensuite décoller sans problème », a expliqué François Asselin.

À l'aéroport de Québec, mais aussi à celui de Moncton, les conditions météorologiques avaient également un impact sur les opérations aéroportuaires.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.