•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau démenti du prince Andrew dans une affaire d’agression sexuelle

Le prince Andrew au coeur du scandale (7 mars 2011)

Photo : AFP / Andrew Cowie

Reuters

Le palais de Buckingham a démenti avec plus de force ce week-end les accusations d'une femme disant avoir été contrainte à des rapports sexuels avec le prince Andrew alors qu'elle était mineure, et a révélé le nom de celle-ci, rapporte la presse britannique dimanche.

La couronne britannique avait déjà démenti vendredi les allégations contenues dans une plainte déposée cette semaine en Floride par cette femme, dite « Jane Doe 3 » pour préserver son anonymat.

Celle-ci affirme qu'un homme d'affaires du nom de Jeffrey Epstein l'a contrainte à avoir des rapports sexuels avec le Duc d'York, deuxième fils de la reine Élisabeth, en trois occasions, à Londres, à New York et sur une île privée des Caraïbes lors d' « une orgie avec un certain nombre d'autres jeunes filles mineures ».

Jeffrey Epstein a été reconnu coupable dans plusieurs affaires d'agressions sexuelles sur mineurs aux États-Unis.

La plainte de « Jane Doe 3 » s'inscrit dans le cadre d'une affaire civile contre l'État américain qui remonte à 2008 et qui concerne les droits de plusieurs femmes, qui disent avoir été victimes de Jeffrey Epstein.

Samedi, certains journaux britanniques ont publié une vieille photographie du prince Andrew, aujourd'hui âgé de 54 ans, tenant la jeune femme par la taille alors qu'elle était âgée de 17 ans.

Dimanche, deux journaux rapportent que le palais de Buckingham a démenti de façon plus explicite.

« Nous démentons catégoriquement toute forme de contact sexuel ou de relation entre SAR (son altesse royale) le Duc d'York et Virginia Roberts. Ces allégations proférées sont fausses et sans fondement », a déclaré un porte-parole du palais, cité par les quotidiens Telegraph et Mirror.

Vendredi, Buckingham avait dit : « Toute insinuation d'inconvenance avec des mineurs est catégoriquement fausse ».

L'âge de consentement sexuel est de 16 ans au Royaume-Uni et de 18 ans aux États-Unis.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

International