•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves québécois relèvent un défi lancé par la NASA

Des jeunes de niveaux secondaires prennent possession de bacs pleins de pièces et d'instructions afin de participer au concours Robotique FIRST.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus de 1000 élèves provenant d’une cinquantaine d’écoles secondaires du Québec vont participer au concours annuel Robotique FIRST, qui se déroule sous l’égide de la NASA. L'agence spatiale américaine favorise cette année le recyclage.

Un texte de Bruno CoulombeTwitterCourriel

Les centaines d’élèves réunis à l’École de technologie supérieure (ETS) de Montréal étaient impatients de découvrir le défi qui les attendait. Après les robots lanceurs de frisbees en 2013 et les robots lanceurs de ballons d’entraînement l’an dernier, la NASA a opté pour le thème du recyclage en 2015.

Le lancement officiel de l'événement a eu lieu simultanément dans cinq villes du Québec, soit Montréal, Sherbrooke, Québec, Rimouski et Shawinigan. Les organisateurs y voient l'occasion de susciter l'intérêt pour les sciences et de contrer le décrochage.

En effet, les élèves ont six semaines pour confectionner un robot capable de manipuler des bacs de récupération à partir des pièces qui leur ont été fournies. Les équipes s’affronteront ensuite lors d’un match, et celles qui empileront le plus de bacs et qui récupéreront le plus grand nombre de déchets accumuleront davantage de points.

« Ça nous montre qu’on est capables de le faire, même s’il y a parfois de petits défauts ou si on a des hauts ou des bas, on est toujours là et on s’entraide », explique Sarah Dionne, élève à l’École secondaire Henri-Bourassa à Montréal et membre de l’équipe « Les Béliers ». Pour N’guyen, qui participe au concours de robotique depuis maintenant trois ans, le défi s’annonce particulièrement intéressant cette fois-ci. « C’est un nouveau mode de jeu. C’est la première année qu’on ne lance pas quelque chose, on a seulement à empiler des affaires », dit-il.

Les jeunes ne sont pas laissés à eux-mêmes dans cette aventure. Chaque équipe est épaulée par des mentors, qu’il s’agisse de professeurs, de parents ou d’étudiants, qui guideront les élèves dans la réalisation de leur projet. Amélie, qui est maintenant étudiante au cégep, en est à une quatrième participation au concours et compte poursuivre des études en génie à l’École polytechnique de Montréal, possiblement dans le domaine biomédical. « C’est quelque chose que j’ai vraiment aimé en participant. C’est ça qui m’a donné le goût de continuer dans le domaine aussi », confie-t-elle. Comme d’autres participants, elle avoue avoir appris de certaines erreurs commises dans le passé. « Cette année, on va essayer de choisir un design rapidement pour commencer le robot le plus vite possible et finir à temps », dit-elle.

Le cofondateur de l’événement Robotique FIRST Québec et président de l’organisme Fusion Jeunesse, Gabriel Bran Lopez, estime d’ailleurs que le concours est surtout l’occasion de susciter l’intérêt pour les sciences. Il espère aussi lutter contre le décrochage scolaire. « D’un côté, on travaille énormément avec des écoles publiques en milieu défavorisé. On travaille également avec des jeunes issus de classes d’adaptation scolaire, des jeunes qui ont des troubles d’apprentissage [...] donc des jeunes qui sont à risque de décrochage. Et donc pour nous, c’est important de dire à ces jeunes: "Tu es capable, malgré tes difficultés à l’école, tu peux persévérer." »

Les équipes se donnent rendez-vous du 19 au 21 mars prochain, à Montréal, pour le Festival de robotique. Les meilleures d’entre elles auront ensuite la chance de participer à la finale internationale à Saint Louis, au Missouri, du 22 au 25 avril. Au total, plus de 50 000 élèves provenant de quelque 3000 écoles secondaires dans le monde participent à la compétition.

À propos du programme Robotique FIRST :

  • Fondé en 1989 par un inventeur américain, Dean Kamen, créateur du Segway;
  • En 2001, création d’un programme équivalent au pays, le FIRST Robotics Canada;
  • En 2010, participation de quatre premières écoles publiques de Montréal;
  • En 2012, premier festival de robotique au Québec.

Science