•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise de trappage du Témiscamingue vend ses produits jusqu'en Europe

Pascal Laliberté de l'entreprise L'Gros Trappeur.

Pascal Laliberté de l'entreprise L'Gros Trappeur.

Photo : Boualem Hadjouti

Radio-Canada

À Guérin, au Témiscamingue, une entreprise de trappage s'est fait connaître jusqu'en Europe grâce à la qualité de ses produits. L'Gros Trappeur est spécialisée dans la taxidermie et la transformation de fourrures et vend au Québec, en Ontario et même en France et en Suisse.

Pascal Laliberté, 31 ans, fait du trappage depuis son jeune âge. Il a tout appris de son grand-père et c'est devenu son métier principal. Il y a près de deux ans, il a lancé L'Gros Trappeur, son entreprise artisanale.

Moi, c'est familial. Je suis trappeur de troisième génération. Je tanne moi-même ma fourrure et ma femme coud.

Pascal Laliberté, de l'entreprise L'Gros Trappeur

Les fourrures de loutres, de castors, de lynx et de renards, entre autres, garnissent l'atelier. La plupart des produits sont faits à la main. Ils sont confectionnés chez Pascal Laliberté, mais il lui arrive de sous-traiter pour répondre à la demande.

Avec l'aide de sa femme, Claude Cardinal, il développe de nouveaux produits comme des colliers faits à partir de griffes et de dents d'animaux.

En plus de vendre ses créations au Québec et en Ontario, l'entreprise a également des acheteurs en Europe.

Les Européens, ils ont une grosse fascination pour le loup et surtout l'ours.

Claude Cardinal, de l'entreprise L'Gros Trappeur
Pascal Laliberté de l'entreprise L'Gros Trappeur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pascal Laliberté de l'entreprise L'Gros Trappeur.

Photo : Boualem Hadjouti

Elle se fait aussi connaître grâce à des partenariats, dont celui avec le magasin de vêtements TSC de Ville-Marie. Le propriétaire, Gaston Saucier, affirme que les articles fabriqués par L'Gros Trappeur sont très appréciés.

C'est réellement quelque chose d'exclusif, qu'on ne voit pas ailleurs. La fourrure... Le touriste extérieur, les Européens, les Américains, mais aussi les Québécois trouvent ça super beau!

Gaston Saucier, propiétaire du magasin TSC de Ville-Marie

Pour transmettre son savoir-faire, Pascal Laliberté donnera des cours d'initiation au trappage à Ville-Marie dès cette année.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Abitibi–Témiscamingue

Affaires