•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’animatrice Suzanne Lapointe n'est plus

Louis-Philippe Ouimet revient sur la vie de Suzanne Lapointe et rapporte des réactions à sa mort.
Radio-Canada

L'animatrice, comédienne et chanteuse Suzanne Lapointe, dont le rire légendaire a marqué le petit écran, s'est éteinte à 80 ans d'un cancer. Elle souffrait aussi de la maladie d'Alzheimer.

Suzanne Lapointe a travaillé tant à la télévision qu'à la radio, mais c'est au côté de son complice Gilles Latulippe à l'émission Les démons du midi que sa carrière atteint un sommet. L'émission, diffusée de 1987 à 1993 à l'heure du midi sur les ondes de Radio-Canada, atteignait le million de cotes d'écoute. Pendant ces six années, ses éclats de rire quotidiens ont résonné dans les salons.

Née à Montréal en 1934, Suzanne Lapointe a entamé sa carrière à la télévision comme hôtesse à l'émission La poule aux oeufs d'or en 1959.

« Les poules étaient très bien payées, et il y a eu une quasi-révolte un soir parce qu'on avait su combien les poules étaient payées. Elles étaient payées plus cher que les hôtesses! » s'exclamait-elle en entrevue.

Diplômée du Conservatoire de Montréal en musique classique et lauréate d'une bourse du Conseil des arts du Canada qui lui permet d'aller se perfectionner à New York, elle ne se destine pas à devenir animatrice.

Pourtant, à son retour des États-Unis, elle enchaîne les émissions de variétés à la télé et à la radio.

Au cours de sa carrière, elle publie également une dizaine de livres de cuisine en plus d'animer des émissions culinaires comme Attention c'est chaud, en compagnie du jeune chef Daniel Vézina à la fin des années 90.

Chaque Noël,  elle confectionnait des gâteaux aux fruits qu'elle offrait à son entourage ou qui étaient mis aux enchères au profit de bonnes causes comme la Fondation du Dr Julien. 

Pendant 35 ans, elle forme un couple uni avec l'homme de sa vie, Pierre Larin. « Elle est toujours souriante comme le public la connaît. Elle est comme ça à la maison », affirmait-il.

Durant les années 1990, elle apprend qu'elle a un cancer du sein. « Le cancer, pour moi, c'est une brique qui me tombait sur la tête. »

Mais cette épreuve n'a pas eu raison de son énergie rayonnante. « J'aime la vie, j'aime les gens. Une chose que j'aime beaucoup, c'est de sentir que j'aide les gens à vivre », disait-elle.

Elle a été décorée de l'Ordre du Canada en 2008.

Une femme aux multiples talents

Pour le fils de Gilles Latulippe, Olivier, Suzanne Lapointe était comme un membre de la famille. « Je l'ai très longtemps appelée tante Suzanne parce que c'était difficile pour moi de l'appeler madame Lapointe. [...] C'était une femme raffinée, une femme distinguée, une femme qui rendait beau tout ce qu'elle touchait. [...] C'était une femme qui faisait tout à la perfection », commente Olivier Latulippe en entrevue à RDI après l'annonce de sa mort.

La comédienne Béatrice Picard ne tarit pas d'éloges sur sa collègue de travail. « On n'entendait jamais de récriminations de la part de Suzanne. Je ne l'ai jamais entendu faire de critiques. Elle avait une façon d'accepter cette vie et de nous la faire accepter que je trouvais très enrichissante. »

Pour sa part, le chroniqueur Michel Girouard se souvient d'une femme dont « l'éclat de rire [,,,] nous faisait oublier le poids du quotidien ». Il a déjà partagé la scène avec elle dans une comédie musicale. « C'est une femme qui ne souriait pas seulement à la télévision, mais dans la vie de tous les jours, et elle était habitée d'un talent extraordinaire comme soprano. »

Les funérailles auront lieu à Montréal la semaine prochaine.

D'après le reportage de Valérie-Micaela Bain

Célébrités

Arts