•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le génocide arménien a 100 ans

Une jeune femme prie pour les victimes du génocide arménien lors d'une cérémonie anniversaire.
Une jeune femme prie pour les victimes du génocide arménien lors d'une cérémonie anniversaire. Photo: David Mdzinarishvili / Reuters
Radio-Canada

L'année 2015 marquera le 100e anniversaire du génocide arménien. Des activités sont prévues tout au long de l'année dans plusieurs pays, y compris au Canada, pour souligner la mémoire d'au moins un million d'Arméniens massacrés en Turquie lors de la Première Guerre mondiale.

Un texte de René Saint-LouisTwitterCourriel

Les Canadiens d'origine arménienne préparent depuis deux ans une série d'activités destinées à commémorer la période la plus tragique de leur histoire.

Chahé Tanachian est membre du Comité canadien du centenaire : « Le 24 avril, qui est le jour de commémoration du génocide arménien, il y aura le rassemblement annuel à Ottawa devant le parlement canadien pour remercier le Canada d'avoir reconnu le génocide. Et ensuite, de ce point-là, il y aura une marche vers l'ambassade de Turquie pour dire que même si cela fait 100 ans que nos grands-parents ont été massacrés, trois générations plus tard on n'a pas oublié. On ne va jamais oublier », explique-t-il. 

Âgée de 86 ans, Christine Kouyoumdjian explique l'impact du génocide sur la vie: « C'est de la plus grande importance. À cause de cela je n'ai pas eu de cousins, je n'ai pas eu de cousines. Je n'ai eu ni oncles, ni tantes. Tous ont été massacrés par les Turcs. »

Concerts, pièces de théâtre, séminaires, au total une vingtaine d'événements sont prévus au Canada, principalement au Québec et en Ontario où vivent la plupart des 50 000 Canadiens d'origine arménienne. Pour Chahé Tanachian ces activités ne sont pas seulement destinées à commémorer le passé:

« On voudrait être les gens qui vont pouvoir prévenir de futurs génocides dans le monde. Donc, notre bataille ce n'est pas juste pour la justice pour notre peuple mais pour la justice tous les peuples et pour l'humanité aussi. Le premier génocide du 20e siècle a été celui des Arméniens. Ensuite il y a eu l'Holocauste, le massacre du peuple juif. Et pendant les années 90, il y a eu celui du Rwanda. La communauté internationale doit tout faire pour garantir qu'il n'y aura plus de génocide. Le génocide est le crime ultime qui peut arriver à un peuple. »

Le devoir de mémoire est d'autant plus important, selon lui, que la majorité des survivants sont maintenant décédés. Au Canada, la dernière est âgée de 103 ans et vit à Montréal.

Les chefs d'État du monde entier, dont le premier ministre Stephen Harper, ont été invités à Erevan, la capitale de l'Arménie, où les commémorations culmineront le 24 avril prochain. Le bureau du premier ministre n'a cependant pas encore décidé qui représentera le Canada pour l'occasion.

 

Société