•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons sur les lèvres en 2014

Plusieurs grues érigées sur le chantier de la cimenterie.

Le chantier de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La construction de la cimenterie à Port-Daniel-Gascons a été au cœur de plusieurs débats en 2014. Le projet de Ciment McInnis de 1,1 milliard de dollars prend forme à travers, entre autres, le changement de gouvernement en avril et l’opposition des cimentiers et des environnementalistes. C’est maintenant le temps du bilan.

À la fin janvier, le gouvernement péquiste de Pauline Marois annonce un investissement de 450 millions de dollars.

Québec accorde un prêt garanti de 250 millions de dollars à la société Beaudier, propriétaire de Ciment McInnis. Le gouvernement fait savoir qu’il deviendra partenaire en raison de la participation de 100 millions de dollars d’Investissement Québec. La Caisse de dépôt et placement, pour sa part, investira 100 millions de dollars en capital-action.

L'implantation d'une cimenterie à Port-Daniel-Gascons créera des emplois durables et diversifiera l'économie de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Une citation de :Pauline Marois

Ciment McInnis prévoit la création de 2300 emplois au cours de la construction étalée sur deux ans et 400 emplois permanents à la mise en activités en 2016.

La Municipalité de Port-Daniel-Gascons, localité gaspésienne de près de 2500 habitants, a été choisie, entre autres, pour son emplacement géographique. Le projet permet l’aménagement d’un terminal maritime qui exportera vers la côte est américaine, le principal marché visé par l'entreprise.

Une cimenterie pour la Gaspésie

Enjeu discuté lors de la campagne électorale

En campagne électorale au printemps, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, affirme qu’il annulera le projet s’il est élu.

Selon lui, l’investissement de Québec « n’a aucun bon sens ». Les Libéraux de Philippe Couillard, eux questionnent la pertinence d’un tel investissement alors que Québec solidaire s’insurge.

Les cimentiers du Québec s'invitent au bal et tentent de convaincre le nouveau gouvernement libéral majoritaire de ne pas financer le projet de Ciment McInnis.  

« C’est pour sensibiliser, éduquer le gouvernement et lui faire reconnaître qu’il y a peut-être eu une mauvaise décision qui a été prise », dit le 22 avril le vice-président de l’Association canadienne du ciment. Michel Binette.

Les quatre cimenteries québécoises avancent qu'elles ne fonctionnent déjà qu'à 60 % de leur capacité. De plus la cimenterie de Port-Daniel sera l'un des plus gros pollueurs au Québec puisqu’elle sera alimentée par du charbon et un produit 50 % plus polluant, du coke de pétrole. Elle devrait émettre autour de 1,5 million de tonnes de gaz à effet de serre par année pendant un siècle.

Les libéraux au pouvoir

« Nous sommes à revoir d'une part le plan d'affaires et d'autres part, le montage financier », mentionne, en mai, le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

Le projet de cimenterie obtient le feu vert en mai.

« Tous les partenaires financiers se sont engagés de façon irrévocable à l'intérieur du dossier de sorte qu'on a maintenant l'assurance que le financement est là pour aller à terme », explique le ministre Daoust.

« Nous ne sommes pas dans une république de bananes quand on signe un contrat on doit en principe honorer nos contrats », ajoute son homologue aux Finances, Carlos Leitao.

Recours devant les tribunaux

Les groupes environnementalistes n’ont pas dit leur dernier mot. Ciment Lafarge,  Environnement Vert Plus et le Centre québécois du droit en Environnement déposent une requête pour faire invalider le permis de construction octroyé par Québec.

Ils demandent la tenue d'un BAPE, puisque  la cimenterie émettra 2% des gaz à effet de serre produit au Québec

Des élus locaux et des travailleurs lèvent aussi le ton.

Je me sens indigné, indigné par tout ce qui se dit de négatif, parce que nous, on a le droit de vivre pareil, on a le droit de manger, on a le droit de travailler.

Une citation de :maire de Port-Daniel, Henri Grenier

E septembre, 300 travailleurs s'affairent sur le chantier, 80 % sont originaire de la Gaspésie. 

Dépasser les frontières

Des sénateurs américains songent à dénoncer l'aide financière de Québec à l’Organisation mondiale du commerce. Les sénateurs de l'État de New York Charles Schumer et Kirsten Gillibrand demandent une enquête du représentant commercial américain, Michael Froman.

Le projet de cimenterie rattrape aussi le premier ministre Philippe Couillard au sommet de l’ONU sur le climat à New York à la fin septembre.

« C'est un faux choix de dire à une population vous avez le choix entre des emplois, vous avez le choix entre le développement économique ou la lutte contre le changement climatique », dit Philippe Couillard.

Les Micmacs aussi entrent en scène et réclament leur part du gâteau. Sans entente ni ouverture de la part de Ciment McInnis, ils s’opposent au projet.

En 2015, la construction de la cimenterie ralentira cet hiver avec une centaine de travailleurs sur le chantier. Jusqu'à 600 travailleurs seront à pied d'œuvre au plus fort de la construction cet été.

 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Est du Québec