•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Palestiniens veulent adhérer à la CPI, Israël et Washington s'indignent

Mahmud Abbas, presidente de la Autoridad Palestina.

Photo : SRC/ AFP/ABBAS MOMANI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président Mahmoud Abbas a signé mercredi la demande d'adhésion palestinienne à la Cour pénale internationale (CPI), lors d'une réunion retransmise en direct à la télévision officielle. Israël a aussitôt menacé de riposter.

Cette demande survient au lendemain du rejet d'une résolution palestinienne au Conseil de sécurité de l'ONU.

En signant le Statut de Rome, qui régit la CPI, les Palestiniens auront la possibilité de poursuivre des responsables israéliens pour les « crimes de guerre » dont ils les accusent, notamment à Gaza, ravagée par trois guerres en six ans.

De son côté, Israël a promis qu'une telle adhésion se retournerait contre les Palestiniens.

« Celle qui a le plus à craindre [de la CPI], c'est l'Autorité palestinienne, qui a formé un gouvernement avec le Hamas, une organisation reconnue comme terroriste et qui, comme l'organisation État islamique, commet des crimes de guerre », a réagi le premier ministre Benyamin Nétanyahou dans un communiqué.

« Ils nous attaquent tous les jours sur notre territoire, et à qui se plaint-on? », a-t-il poursuivi à la télévision. 

Nous ferons ce qu'il faut pour défendre les soldats de Tsahal, l'armée la plus morale du monde.

Une citation de :Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, par voie de communiqué

« Les Palestiniens seront eux-mêmes soumis aux jugements de cette cour, ce qui permettra au monde de prendre conscience du terrorisme palestinien et des crimes de guerre commis au nom de l'Autorité palestinienne », a de son côté dit à l'Agence France-Presse le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes, Emmanuel Nahshon.

Une mesure « contre-productive », dit Washington

Les États-Unis ont vivement réagi à la décision des Palestiniens.

« Cela ne ferait rien pour les aspirations du peuple palestinien à avoir un État souverain et indépendant », a souligné la diplomatie américaine par voie de communiqué.

Cette décision « alourdirait sérieusement le climat avec le peuple justement avec lequel ils doivent, au bout du compte, faire la paix », a ajouté le ministère américain des Affaires étrangères, en allusion à Israël. Washington en a rajouté en qualifiant cette demande d'adhésion de « contre-productive », des propos qui font écho à ceux tenus mardi sur la résolution palestinienne. 

Une fois une demande d'adhésion déposée à la CPI, un procureur du tribunal doit analyser la requête. Le délai est d'environ deux mois.

M. Abbas a aussi signé mercredi 20 autres conventions internationales, ont précisé les responsables palestiniens. Ces traités portent notamment sur les crimes de guerre et crimes contre l'humanité, les armes à sous-munitions et la protection des personnes.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.