•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de neuf personnes de Gatineau se retrouvera sans logement

Les explications du journaliste Michel-Denis Potvin
Radio-Canada

Une famille de sept enfants de Gatineau, dont les parents sont d'origine burundaise, fait face à l'éviction dans les prochains jours.

Cette éviction devait avoir lieu le 31 décembre, mais le groupe Gestion Location Versailles a prolongé le délai jusqu'au 6 janvier.

Le père, Alphonse Minani, rencontre des retards de paiement de loyer, puisqu'il a perdu son emploi de chauffeur pour une ambassade, l'automne dernier.

Il n'a toujours pas reçu ses premières prestations d'assurance emploi. Sa famille, dont les enfants sont âgés de quatre mois à 21 ans, ne pourra compter que sur l'assistance sociale comme seul revenu.

Cette situation inquiète les membres de la famille Minani.

J'ai essayé de faire plusieurs démarches, mais la réponse c'est toujours non, ce n'est pas possible.

Alphonse Minani

Pour le coordonnateur de l'organisme Logemen' Occupe, François Roy, la difficulté pour trouver un appartement de dépannage locatif ou communautaire est grand.

« Il y a une insuffisance de logements abordables, particulièrement pour des familles nombreuses comme la famille Minani », affirme M. Roy.

Logemen'Occupe tente d'obtenir une aide financière d'urgence auprès de la Société d'habitation du Québec, ce qui permettrait à cette famille de se trouver un logement dans le marché privé et de se loger jusqu'à la fin de l'hiver.

Selon François Roy, cette aide est accordée à la famille et au propriétaire pour faciliter l'hébergement des familles à faible revenu.

Pour le gestionnaire du groupe Gestion Location Versailles, Alain Faussurier, la bonne nouvelle est que cette famille est admissible à cette subvention.

Selon les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Ottawa-Gatineau

Société