•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Heurts à Bahreïn après l'arrestation du chef de l'opposition

Des manifestants protestent contre la détention du chef de l'opposition chiite, Cheikh Ali Salman

Des manifestants protestent contre la détention du chef de l'opposition chiite, Cheikh Ali Salman

Photo : ? Hamad I Mohammed / Reuters

Reuters

Des affrontements entre les forces de sécurité bahreïnies et des manifestants ont éclaté devant le bâtiment où est détenu le chef de file du principal parti d'opposition chiite à Bahreïn, a constaté sur place un journaliste de Reuters.

Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes, pour disperser la foule qui s'était rassemblée dans le village de Bilad al Qadim, et essuyé des jets de projectiles, a-t-il précisé.

Le cheikh Ali Salman, secrétaire général du parti Wefaq de la société islamique, a été placé en état d'arrestation dimanche après avoir participé deux jours plus tôt à un rassemblement dans la capitale, Manama, contre les élections du mois dernier que l'opposition avait appelé à boycotter.

Le gouvernement bahreïni n'était pas disponible dans l'immédiat.

Les partis d'opposition sont les piliers fondamentaux de toute démocratie, et l'arrestation du cheikh Ali Salman risque d'intensifier les tensions sur une scène politique troublée par des manifestations contre le gouvernement depuis près de quatre ans.

Zeid Raad Al Husseain, porte-parole de l'émissaire des Nations unies pour les droits de l'homme
Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants

Photo : ? Hamad I Mohammed / Reuters

De lourdes accusations contre le cheikh Ali Salman

Les avocats du chef de file du principal parti d'opposition ont mentionné que de lourdes charges pesaient sur lui. Il est notamment accusé d'avoir appelé à renverser le gouvernement, a précisé la porte-parole de l'ONU.

Base de la Ve flotte américaine, le petit royaume du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Khalifa est en proie à des troubles depuis le soulèvement en 2011 de la majorité chiite qui réclame la fin des discriminations dont elle se dit victime.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

International