•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du papier et des fonds publics gaspillés pour des rapports tablettés

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des rapports déposés à l'Assemblée nationale

Des rapports déposés à l'Assemblée nationale

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des centaines de rapports préparés à grands frais pour l'Assemblée nationale aboutissent chaque année dans un entrepôt, souvent sans même avoir été consultés.

Les ministères et les organismes dépensent pourtant beaucoup d'argent afin de produire ces rapports. Par exemple, le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale dépense 9160 $ pour la production et l'impression de son rapport annuel. Celui de l'Enseignement supérieur coûte 11 357 $ et celui des Transports, 23 409 $.

Ces rapports sont peu lus, certains ministères ne les distribuant qu'à deux ou trois organismes.

Cette avalanche de papier gaspillé a incité le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, à demander aux partis de revoir les règles de dépôt des documents et, ainsi, éviter le gaspillage de papier et de fonds publics.

« Je souhaite effectivement que nous arrivions le plus rapidement possible à être capables d'avoir ces documents-là sur nos ordinateurs ou notre tablette », affirme Jacques Chagnon.

Il songe à numériser le dépôt de documents bien qu'aucune décision n'ait encore été prise à cet effet.

Mais pour Angelo Soares, expert des bureaucraties et professeur de sociologie à l'UQAM, le problème réside ailleurs. « Le problème aujourd'hui, c'est qu'on est bombardé par l'information. On a une overdose », dit-il.

Selon lui, la numérisation de ces documents n'aidera pas les citoyens à mieux s'y retrouver.

D'après un reportage de Hugo Lavallée

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !