•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatorze morts dans une attaque des Shabab en Somalie

Des soldats somaliens et des casques bleus de la mission de l'Union africaine entrent dans la ville de Barawe, en octobre 2014.

Des soldats somaliens et des casques bleus de la mission de l'Union africaine entrent dans la ville de Barawe, en octobre 2014.

Photo : ? Feisal Omar / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des combattants du groupe islamiste somalien al Chabaab ont attaqué jeudi le quartier général de la force de l'Union africaine à Mogadiscio, tuant 14 personnes, a annoncé un porte-parole du groupe.

Des versions contradictoires étaient données concernant le nombre de victimes des affrontements, qui duraient depuis plusieurs heures. « Nos combattants sont entrés dans la base de Halane et des combats se déroulent actuellement à l'intérieur de la base », a déclaré le porte-parole des opérations militaires des Chabaab, Abdiasis Abu Musab, ajoutant que 14 membres du contingent de l'Union africaine avaient été tués.

Le porte-parole de l'Union africaine, le colonel Ali Houmed a pour sa part annoncé que trois assaillants avaient été tués et que les combats devraient bientôt prendre fin, ajoutant qu'il s'exprimerait dans la journée concernant le nombre éventuel de pertes au sein du contingent.

La base de l'Union africaine se trouve aux abords de l'aéroport international de Mogadiscio et est également utilisée pour des opérations des Nations unies en Somalie. Les ambassades britannique et italienne se trouvent pas ailleurs dans la zone concernée.

Le porte-parole des Nations unies en Somalie, Aleem Siddique, a affirmé que l'ensemble des employés des Nations unies étaient en sécurité.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.