•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Luka Rocco Magnotta est soulagé, dit son avocat

Me Luc Leclair, avocat de Luka Rocco Magnotta

Me Luc Leclair, avocat de Luka Rocco Magnotta

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Déçu et à la fois soulagé : c'est en ces termes que l'avocat Luc Leclair décrit l'état d'esprit de son client, Luka Rocco Magnotta, qui a été reconnu coupable mardi du meurtre prémédité de l'étudiant chinois Lin Jun.

« M. Magnotta accepte le verdict », a affirmé Me Leclair. « Il a volontairement accepté de venir au Canada en juin 2012 [après son arrestation en Allemagne, NDLR] et il a délibérément voulu mettre son sort entre les mains d'un jury. Les jurés ont délibéré pendant sept jours et des poussières et ils se sont prononcés. »

Y aura-t-il un appel?

Me Leclair s'est refusé à dire si son client compte porter le verdict en appel. La défense dispose de 30 jours pour le faire. « Dans toutes les causes que je défends, c'est toujours le client qui décide », a dit Me Leclair qui a exposé à Luka Rocco Magnotta les motifs possibles sur lesquels il pourrait faire appel. Mais l'avocat lui-même entend prendre son temps : « Aujourd'hui n'est pas le moment d'en discuter, a-t-il déclaré. Cela a été assez difficile, disons, et j'ai besoin de me reposer ».

Rappelons que les 12 jurés ont prononcé leur verdict au huitième jour de délibérations. Durant les 11 semaines qu'avait duré le procès, ils avaient dû prendre connaissance de 150 éléments de preuve et d'expertises psychiatriques faisant des centaines de pages. Sans compter toute la responsabilité de devoir trancher sur un crime aussi sordide. Un aspect que n'a pas éludé l'avocat de la défense qui affirme qu'au Canada il existe le droit à un procès public, équitable et impartial, et ce, même pour les crimes les plus horribles, les plus graves et les plus odieux. « M. Magnotta a exercé son droit d'avoir un procès », a-t-il affirmé.

Une rencontre avec le père de la victime

Me Leclair a raconté avoir eu l'occasion, il y a quelques jours, de serrer la main à Diran Lin, le père de la victime, qu'il a croisé par hasard dans un ascenseur. Un moment que l'avocat espérait depuis le début du procès et même lors de l'enquête préliminaire. « Nous étions seuls, c'était un peu comme dans un film », a décrit l'avocat de la défense qui a trouvé que le père de Lin Jun avait l'air « gentil et triste ».

Me Leclair savait que le père de Lin Jun était venu au Canada dans l'espoir d'obtenir des réponses. Par exemple, comment son fils avait rencontré Luka Rocco Magnotta ou, encore, pourquoi ces deux jeunes hommes s'étaient retrouvés ensemble. « Je lui ai dit : "les procès ne donnent pas toutes les réponses, mais j'espère que vous avez pu avoir certaines réponses" », a raconté Luc Leclair. 

« J'ai pu voir sa folie »

Me Leclair s'est en quelque sorte porté à la défense des personnes qui ont un problème de santé mentale, en expliquant que nombre de gens avaient dans leur entourage quelqu'un d'atteint.

« M. Magnotta est une vraie personne, a déclaré Me Leclair. J'ai pu voir de près sa folie. Il souffre de troubles de la personnalité, de schizophrénie. Quand vous le voyez, c'est la personnalité "histrionique", ou hystérique, qui est là, mais quand vous grattez un peu, vous voyez la personnalité schizophrénique qui émerge ».

La maladie mentale, lorsqu'elle n'est pas adéquatement traitée, peut mener à des résultats tragiques, comme nous l'avons vu dans le cas de M. Magnotta, a affirmé Me Leclair en substance.

« M. Harper veut plus de prisons, veut des prisons plus grandes; moi, je veux plus d'argent pour la santé mentale. »

— Une citation de  Me Luc Leclair, avocat de Luka Rocco Magnotta

Témoigner ou ne pas témoigner

En choisissant de ne pas témoigner à son propre procès, Luka Rocco Magnotta a exercé son droit constitutionnel, a rappelé son avocat qui a aussi évoqué la question de la santé mentale défaillante de son client. C'est donc en vertu de ce droit et en raison de son état de santé mentale que Luka Rocco Magnotta a choisi de ne pas parler devant le tribunal. « C'est un fait qui lui a été reproché, mais c'est son droit », a martelé l'avocat.

Luc Leclair affirme que Luka Rocco Magnotta se préparait au rendu du verdict depuis un bon moment, en compagnie de son père, de quelques amis et d'un psychiatre. Il tente désormais de rebâtir sa vie et demande à ce que son intimité soit respectée. Il ne souhaite pas recevoir de lettres du public ou des médias, « car il ne répondra pas ».

À la question d'un journaliste qui désirait savoir si Luka Rocco Magnotta éprouvait des remords, Me Leclair a répondu que, durant le procès, des rapports d'experts avaient fait état des remords exprimés par son client. 

Magnotta face à la justice

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.