•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Montréalais radicalisé Jeffrey Labelle restera derrière les barreaux

Jeffrey Labelle

Photo : Facebook

Radio-Canada

Jeffrey Labelle, arrêté le week-end dernier pour incitation à craindre des activités terroristes, restera détenu jusqu'à son procès. Le tribunal croit qu'il représente un danger pour la société et qu'il a un comportement typique d'un « loup solitaire ».

Il devra subir une évaluation psychiatrique.

Le jeune homme de 21 ans, converti à l'islam depuis deux ans, était de retour en cour mardi pour son enquête sur remise en liberté. Le juge s'est finalement rallié aux arguments de la Couronne.

Jeffrey Labelle possédait de nombreuses armes, a indiqué un enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Des policiers ont découvert chez lui des sabres, des couteaux, des munitions et des téléphones cellulaires. Le jeune homme avait aussi une « cache » à la carrière Miron, dans le quartier Saint-Michel, pas très loin de son logement, selon la GRC. Les policiers y ont trouvé une hache et du matériel de survie. L'endroit était assez grand pour servir d'abri, a dit l'enquêteur.

Postes de police identifiés sur un plan

Un plan de la ville de Montréal sur lequel étaient identifiés à la main les emplacements de certains postes de police a aussi été trouvé au logement de Jeffrey Labelle, où il vivait avec sa grand-mère et sa mère.

Un criminologue qui l'a interviewé l'a interrogé au sujet de ce plan. La réponse qu'il a obtenue ne l'a pas convaincu : Jeffrey Labelle lui a dit s'intéresser au métier de policier.

Le criminologue a aussi rapporté les propos du jeune homme, qui lui a raconté avoir eu une enfance difficile, marquée par un père absent.

L'enquêteur et le criminologue ont tous deux dit qu'ils ne pouvaient pas conclure qu'un acte terroriste se planifiait. Mais la mère a rapporté que son fils avait affirmé qu'on le verrait un jour à la télévision et qu'il préparait quelque chose de flamboyant.

La crédibilité de la mère a été mise en doute par la défense, qui l'a dépeinte comme une femme ayant des problèmes d'alcoolisme, qui s'est automutilée et qui a délaissé son fils durant de longues périodes.

La grand-mère de Jeffrey Labelle s'est présentée en cour pour défendre son petit-fils. Selon elle, il n'est pas dangereux. Elle a notamment raconté que la « cache » dont parlent les policiers est plutôt une cabane où le garçon se réfugiait lorsque sa mère dormait à l'appartement.

Elle a proposé de se porter garante de son petit-fils, ce qui n'a visiblement pas convaincu le juge.

Converti à l'islam depuis deux ans

Jeffrey Labelle s'est converti à l'islam il y a deux ans et a ajouté « Mohammed » à son nom. Les policiers ont été alertés de sa radicalisation par une travailleuse sociale consultée par sa mère.

Déjà sur le qui-vive avec les récents attentats au Canada et ailleurs, les policiers montréalais ont procédé à son arrestation de manière « préventive ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Justice et faits divers