•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'acquisition de terres agricoles par des investisseurs inquiète l'UPA

Des terres agricoles de Lanaudière dans la mire d'investisseurs.

Photo : Francis Labbé

Radio-Canada
Mis à jour le 

Un phénomène inquiète le monde agricole québécois depuis quelques années. Des groupes d'investisseurs font l'acquisition de terres agricoles, ce qui crée une inflation à laquelle les producteurs, surtout les plus jeunes, ne peuvent se mesurer.

Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

Selon l'Union des producteurs agricoles du Québec (UPA), une quinzaine de groupes d'investisseurs ont acquis près de 4 % des terres agricoles cultivables du Québec ces dernières années. « Un phénomène que l'on remarque particulièrement depuis la crise financière de 2008 », selon Marcel Groleau, président de l'UPA.

Ils ont acquis à eux seuls 32 000 hectares. C'est l'équivalent de 300 fermes au Québec. 

Marcel Groleau, président, UPA
Marcel Groleau, président de l'Union des producteurs agricoles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marcel Groleau, président de l'Union des producteurs agricoles.

Photo : Francis Labbé

Selon l'UPA, ce phénomène se remarque dans plusieurs régions, comme Lanaudière, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Bas-Saint-Laurent et le Témiscamingue, entre autres. « Ces groupes d'investisseurs s'associent souvent à des agriculteurs qui deviennent des locataires », poursuit Marcel Groleau. 

« Lorsqu'un agriculteur ne possède pas la terre, il ne peut se servir de cet actif pour développer son entreprise. Ça devient difficile de laisser quelque chose à la relève. Nous aimerions que Québec impose un moratoire pour qu'on analyse la situation, par exemple, limiter à 100 hectares par personne morale l'acquisition des terres pour les prochaines années », suggère Marcel Groleau.

Investisseurs

L'un des plus importants groupes d'investisseurs en matière agricole, Pangea, se défend de transformer les agriculteurs québécois en locataires. « Les partenaires agriculteurs sont et demeurent propriétaires de leurs terres », affirme Mikaël Guillemette, porte-parole de Pangea.

« Nos partenaires ne sont donc pas des employés. Ils sont pleinement décisionnels dans la gestion de leurs opérations et peuvent poursuivre l'acquisition de terres en leur nom », poursuit-il.

Surenchère

Marcel Papin, producteur laitier de L'AssomptionAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marcel Papin, producteur laitier de L'Assomption

Photo : Francis Labbé

L'une des conséquences de cette réalité, c'est de faire grimper le prix des terres agricoles. Marcel Papin, de L'Assomption, en sait quelque chose. Il a voulu acheter une autre terre pour augmenter sa production, mais il n'en a pas eu les moyens.

« Les propriétaires ont reçu une offre et ils auraient voulu que j'offre le même montant. Ils ont obtenu 1 million, offert par un groupe d'investisseurs. Selon moi, c'est à environ 250 000 $ trop cher », raconte Marcel Papin.

« Pour acheter cette terre-là, il nous aurait fallu hypothéquer d'autres terres. Mes fils n'ont pas voulu compte tenu des risques si jamais des difficultés survenaient. »

Modèle familial

André Villeneuve, député de Berthier, Parti Québécois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Villeneuve, député de Berthier, Parti Québécois.

Photo : Francis Labbé

« Au Québec, 84 % des entreprises agricoles sont des entreprises familiales », affirme André Villeneuve, député péquiste de Berthier et critique de l'opposition officielle en matière d'agriculture. 

« C'est un modèle qu'on s'est donné au Québec. Mais avec la surenchère du prix des terres agricole, la relève ne peut plus suivre la cadence. Est-ce que l'on veut que ça change? Je ne suis pas contre le changement. Mais prenons le temps d'y réfléchir. Ne nous laissons pas imposer un modèle fondé strictement sur des intérêts financiers. »

L'Assemblée nationale a mandaté la Commission parlementaire de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles, de se pencher sur le phénomène dès la reprise des travaux, en février prochain. 

La ferme familiale va disparaître graduellement s'il ne se passe rien.

Marcel Papin, agriculteur, L'Assomption
Les fermes familiales du Québec seraient menacées par l'arrivée d'investisseurs qui font grimper le prix des terres agricoles, selon l'UPA.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les fermes familiales du Québec seraient menacées par l'arrivée d'investisseurs qui font grimper le prix des terres agricoles, selon l'UPA.

Photo : Francis Labbé

Marcel Papin estime qu'il est nécessaire d'agir rapidement. « Il faudrait que nous, les agriculteurs, puissions compter sur des outils nous permettant de rivaliser avec les investisseurs. Parce qu'après tout, ce n'est pas illégal d'acheter une terre. »

« Mais si nous pouvions compter sur des outils financiers qui nous permettraient par exemple d'acheter une terre et de ne payer que les intérêts pendant quelques années, ça pourrait nous permettre d'acquérir des terres nous aussi. Le prix ne baissera plus, à moins que Québec ne change sa politique », affirme Marcel Papin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société