•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Production de viande : remontée spectaculaire des prix en 2014

Des vaches

Photo : Catherine Allard/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les éleveurs de bœuf et de porc ont vu une importante remontée des prix en 2014, ils s'en réjouissent, mais ils aimeraient plus de stabilité dans leur industrie.

Après plusieurs années difficiles, les éleveurs de bœufs ont eu un bien meilleur prix. « Cette année on a eu presque le double de ce qu'il y avait l'année passée. Tout dépendait du temps de la vente. Ça variait entre 2 $ et 2,50 $ [le kilo] », estime Jean-Eudes Chiasson, président de l'Union nationale des fermiers au Nouveau-Brunswick.

Le prix du porc a aussi connu une hausse spectaculaire. « Au printemps, on a vu des prix jamais atteints. Je pense presque 2,80$ le kilo, ce qui faisait une différence de près de 100 $ sur un porc comparé à la fin de janvier », précise M. Chiasson.

Jean-Eudes Chiasson attribue la remontée des prix à une baisse de la production. Il explique que depuis la crise de la vache folle en 2003, les producteurs pouvaient rarement récupérer leurs coûts de production.

Jean-Eudes ChiassonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Eudes Chiasson, président de l'Union nationale des fermiers au Nouveau-Brunswick

Photo : Catherine Allard/Radio-Canada

Les producteurs souhaitent certaines politiques pour renforcer leur industrie. Le Nouveau-Brunswick pourrait s'inspirer du Québec, selon M. Chiasson.

« Si on regarde au Québec, il y a beaucoup plus de stabilité avec l'assurance de stabilisation du revenu agricole. Je crois qu'il faut créer, comme ils ont créé au Québec ce qu'ils appellent une chaîne de valeur, où tous les gens qui travaillent dans ce secteur autant au niveau des producteurs, des transformateurs, celui qui fait le transport et celui qui achète aient un prix raisonnable. Il faut que tous les gens soient capables de vivre pour que le secteur soit florissant », conclut Jean-Eudes Chiasson.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Acadie