•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sanctions du Canada et des États-Unis contre la Russie sont des entraves à la paix, dit Moscou

Des passants sur la Place rouge, à Moscou. (archives)
Des passants sur la Place rouge, à Moscou. (archives) Photo: AFP / KIRILL KUDRYAVTSEV
Radio-Canada

Les nouvelles sanctions adoptées par le Canada et les États-Unis contre la Russie sont des obstacles aux efforts de règlement du conflit en Ukraine, estime Moscou.

Dans un communiqué rendu public samedi, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré : « les sanctions visent à perturber le processus politique ».

Moscou conseille à Ottawa et Washington « de réfléchir aux conséquences de telles actions ».

Au lieu d'aider à régler le conflit, les sanctions « soutiennent le parti de la guerre de Kiev », ajoute Moscou concernant l’Ukraine, qui se prépare à une nouvelle série de pourparlers avec les représentants des « Républiques populaires » autoproclamées de Donetsk et Louhansk.

Le Canada annonçait vendredi de nouvelles sanctions à la Russie, en réponse aux incursions de ce pays en Ukraine.

Les nouvelles mesures ciblent une vingtaine de Russes et Ukrainiens. Elles incluent de nouvelles restrictions d'exportations sur des technologies utilisées par Moscou dans le secteur pétrolier. Il est aussi question gel des actifs et des interdictions de voyager contre certains individus.

Washington a pour sa part ajouté à sa liste noire 24 responsables ukrainiens ou russes pour leur rôle à la tête notamment de la république séparatiste de Donetsk.

Le président Barack Obama a aussi signé un décret interdisant tous les échanges commerciaux avec la Crimée, reprise par la Russie en mars dernier.

« La Crimée est une partie originelle et inséparable de la Russie », a répondu le ministère russe des Affaires étrangères.

Le conflit en Ukraine a fait plus de 4700 morts depuis la mi-avril.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Agence France-Presse

International