•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle technique de vol de voitures arrive à Montréal

Avec leur disotisitif, les voleurs captent le signal émis pour l'ouverture à distance des portières.
Avec leur disotisitif, les voleurs captent le signal émis pour l'ouverture à distance des portières.
Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tente de comprendre un nouveau phénomène qui prend de l'ampleur à Montréal : le vol de voiture qui ne laisse aucune trace sur le véhicule.

Le sergent du SPVM Laurent Gingras reconnaît l'existence de systèmes qui permettraient aux voleurs de déverrouiller les portes de voitures, mais il admet que son service n'a pas encore arrêté un voleur avec ce genre de technologie.

« Malheureusement, il est difficile de vous donner des chiffres sur les événements que nous avons sur l'île de Montréal [...] », a-t-il dit, ajoutant que pour avoir une idée précise de l'objet utilisé, il faudrait arrêter un voleur en flagrant délit.

Quoi qu'il en soit, M. Gingras ne croit pas que le phénomène soit très répandu dans la région de Montréal.

CBC a repéré deux rues où plusieurs résidents affirment que leurs véhicules, pourtant fermés, ont été cambriolés mais sans aucune trace.

Le 25 octobre dernier, une résidente de Dollard-des-Ormeaux, Stephanie Zouzout a découvert à son réveil que les portes de sa voiture n'étaient pas fermées correctement. « Je suis allée dans ma voiture et j'ai vu que mon compartiment du milieu était ouvert. J'ai alors remarqué que mon portefeuille et mon GPS avaient disparu », témoigne-t-elle.

Pas loin d'elle, Derek Mestel et sa femme Tara se sont réveillés avec la même mauvaise surprise, le même matin. Chacune de leurs voitures, qu'ils disent avoir verrouillées, a été visitée par des cambrioleurs. « Je n'avais pas de vitres brisées, je n'avais pas de pare-brise cassé, il n'y a eu aucun dommage à l'extérieur de la voiture », affirme M. Mestel.

Des habitants d'un secteur de Duvernay, à Laval, vivent la même perplexité, confrontés à ce phénomène mystérieux depuis l'été dernier.

Karim-Luigi Fezzani en a fait la malheureuse expérience, le 19 août dernier, quand il a découvert que sa voiture ainsi que celle de sa mère, toutes deux bien fermées, avaient les portes déverrouillées.

« Je ne pouvais rien faire. Tout ce que vous pouvez faire est de verrouiller votre porte. Je l'ai fait et, malheureusement, j'ai été volé », regrette  M. Fezzani.

La voiture de son voisin d'en face et celle d'un autre un peu plus loin ont subi le même sort.

Des systèmes existent

Il a fallu peu de temps à Spencer Whyte pour fabriquer un dispositif pouvant ouvrir des portières d'un véhicule.Il a fallu peu de temps à Spencer Whyte pour fabriquer un dispositif pouvant ouvrir des portières d'un véhicule.

Il existe des moyens de s'introduire dans une voiture sans fracasser les vitres ou causer un autre dommage au véhicule.

Un étudiant en génie biomédical et électrique à l'Université Carleton, Spencer Whyte, explique que concevoir ce genre de dispositif n'est pas tellement compliqué « si vous savez ce que vous faites ».

Il a lui-même mis au point un bidule pour ouvrir sa propre voiture dans le cadre de la préparation de son diplôme précédent, en informatique. Il a utilisé un système semblable pour déverrouiller les portes d'un véhicule appartenant à un membre de sa famille.

« Mon système dépend du brouillage du message allant de votre porte-clés à la voiture », dit Spencer Whyte.

Le dispositif s'empare du signal de fréquence radio émis par la clé pour l'ouverture à distance des portes. Et même si « le propriétaire du véhicule pèse sur le bouton de verrouillage, il ne va pas réussir à fermer les portes », ajoute-t-il.

Dans le cas où le propriétaire décide de se déplacer pour verrouiller manuellement ses portes, un voleur muni d'un tel dispositif pourrait facilement les ouvrir par la suite.

Pendant que CBC réalisait son entrevue avec Spencer Whyte, celui-ci a conçu un prototype en quelques heures, que nous avons testé sur notre véhicule de service. Résultat : les portes de la voiture ont été verrouillées et il a été impossible de les ouvrir à distance avec la clé pendant que le dispositif était activé. Quelques minutes plus tard, notre complice a déverrouillé les portes en envoyant un autre signal depuis son gadget.

L'année dernière, CBC a parlé avec un résident de Winnipeg dont la voiture a été brisée par un autre genre de dispositif qui envoie une onde d'impulsion électromagnétique pour désactiver le système électronique du véhicule.

Le retour au verrouillage manuel comme solution?

Pour Spencer Whyte, les fabricants automobiles doivent constamment améliorer les systèmes de sécurité, mais les pirates trouveront inévitablement les moyens de les déjouer. Il pense que le seul moyen d'échapper à ce genre de vol est de demander à son concessionnaire de désactiver les serrures électroniques.

Pendant ce temps, l'Association pour la protection des automobilistes (APA) avoue ne pas avoir entendu parler de ce type de vol dans la région de Montréal.

Le président de l'APA, George Iny, signale que les tendances de vol de voitures font leur chemin de l'Ouest vers l'Est canadien. D'après lui, ces vols avec déverrouillage demeurent rares.

Les constructeurs automobiles, dit-il, peuvent envisager de favoriser à nouveau le verrouillage mécanique si ces cambriolages deviennent plus fréquents.

D'après le reportage de Raffy Boudjikanian, de CBC Montreal

Avec les informations de CBC

Société