•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Politique albertaine : les rivaux d'hier deviennent des alliés

Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair

Neuf députés du Wildrose, le parti de l'opposition officielle en Alberta, ont été accueillis dans les rangs du Parti progressiste-conservateur au pouvoir dans la province depuis 43 ans. La chef Danielle Smith fait partie de ce nombre.

Un texte de Geneviève NormandTwitterCourriel

Le premier ministre Jim Prentice en a fait l'annonce officielle mercredi en fin de journée, après que des sources du réseau anglais de Radio-Canada eurent révélé mardi soir l'identité de six d'entre eux.

« Ce n'est pas une fusion des partis, soyons bien clairs sur ce point-là », a déclaré le premier ministre, en point de presse aux côtés de Danielle Smith. Jim Prentice voit plutôt cette décision comme étant une alliance des forces conservatrices.

Les députés qui claquent la porte du Wildrose :

  • Danielle Smith (Highwood)
  • Rob Anderson (Airdrie)
  • Gary Bikman (Cardston-TaberWarner)
  • Rod Fox (Lacombe-Ponoka)
  • Jason Hale (Strathmore-Brooks)
  • Bruce McAllister (ChestermereRocky View)
  • Blake Pedersen (Medicine Hat)
  • Bruce Rowe (Olds-Didsbury-Three Hills)
  • Jeff Wilson (Calgary-Shaw)

À Edmonton, l'Assemblée législative compte 87 députés. À ce jour, les députés sont répartis ainsi :

  • Parti progressiste-conservateur : 72 députés
  • Wildrose : 5 députés
  • Parti libéral: 5 députés
  • NPD : 4 députés
  • Indépendant : 1 député

Un automne difficile pour le Wildrose

Les coups durs se sont multipliés dans le parti de l'opposition officielle au cours des dernières semaines.

Le triomphe des conservateurs aux élections partielles de l'Alberta tenues le 27 octobre dernier a marqué le début de la période sombre. Le parti de Jim Prentice a remporté 4 sièges; le Wildrose, 0.

L'ancienne chef du Wildrose, Danielle Smith (archives)L'ancienne chef du Wildrose, Danielle Smith (archives)

Le mois dernier, trois autres députés ont claqué la porte de parti de Danielle Smith, à commencer par Joe Anglin, député de Rimbey-Rocky Mountain House-Sundre. Depuis qu'il a quitté le Wildrose le 2 novembre, il siège comme indépendant. Il est d'ailleurs le seul à n'être affilié à aucun parti à l'Assemblée législative.

Puis, trois semaines plus tard, c'était au tour de Kerry Towle, députée d'Innisfail-Sylvan Lake et d'Ian Donovan, député de Little Bow, d'annoncer leur retrait au sein de l'équipe du Wildrose. Les deux députés ont rejoint l'équipe de Jim Prentice.

Devant les trois départs de novembre et les révélations de mardi soir, le président du Wildrose, David Yager, a affirmé que le parti n'allait pas disparaître, malgré ce grand nombre de défections.

Le député Drew Barnes, l'un des cinq députés qui conserve son siège au Wildrose, a affirmé que son parti allait « clairement démontrer, au cours des prochains jours, qu'il se tient debout ».

« Les Albertains en sont les perdants »

Dans une entrevue à l'émission Le café show, le commentateur politique Marco Navarro-Génie ne cache pas sa surprise de voir cette vague de défection. « On parle des officiers les plus hauts dans le parti alors, je suis étonné. »

Le politologue estime que le Wildrose remplit bien son rôle de parti de l'opposition officielle, depuis 2012. « Si on est en train de couper et peut-être même d'effacer cette opposition efficace, c'est la démocratie albertaine qui est perdante. »

Marco Navarro-Génie rappelle que le rôle du parti de l'opposition officielle est de critiquer le gouvernement et de proposer des améliorations. « Leur travail, c'est d'opposer le gouvernement, dit-il. Devenir le gouvernement maintenant, ça a l'air maintenant un peu d'un appétit de pouvoir. Ça va faire augmenter le cynisme dans la politique albertaine »

Marco Navarro-Génie pense que les députés du Wildrose sont attirés à rejoindre les conservateurs en raison de leur chef, Jim Prentice. Il estime que l'homme politique y est pour beaucoup. « Le parti en tant que tel n'a pas changé. La machine reste la même. Mais je crois qu'il y a un double fait, et c'est Jim Prentice. C'est un homme qui se montre intelligent, capable, efficace et très stratégique. »

Pourquoi faire volte-face?

Lors de son discours, la principale intéressée, Danielle Smith, a dit prendre cette décision parce qu'elle est impressionnée par les qualités de chef du premier ministre. Celle qui avait été élue chef du Wildrose en octobre 2009 dit avoir réalisé que les valeurs de Jim Prentice étaient similaires à celles du parti qu'elle dirigeait.

Jim Prentice et Danielle Smith: les rivaux d'hier sont devenus alliés. (archives)Jim Prentice et Danielle Smith: les rivaux d'hier sont devenus alliés. (archives)

« J'ai rencontré le premier ministre que je l'ai vu agir au cours des dernières semaines et des derniers mois, a-t-elle dit. Je suis persuadée que nous partageons les mêmes valeurs. »

Rob Anderson, qui lui aussi quitte le parti, s'est justifié de la même manière. Dans une lettre qu'il a partagée par le biais de Twitter, le chef parlementaire précise que les valeurs et principes de Jim Prentice correspondent aux siennes.

[Jim Prentice] est le bon leader au bon endroit au bon moment.

Rob Anderson

En Alberta, le Parti progressiste-conservateur est au pouvoir depuis 1971, ce qui en fait la province canadienne étant dirigée par un même parti provincial le plus longtemps au pays.

Alberta

Politique