•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec Inc demande au gouvernement de reconsidérer sa position sur le gaz de schiste

Forage de gaz de schiste aux États-Unis

Forage de gaz de schiste aux États-Unis

Photo : AP/PC/Keith Srakocic

Radio-Canada

Un regroupement de gens d'affaires demandent au gouvernement du Québec de reconsidérer sa décision de renoncer à l'exploitation du gaz de schiste. Les associations, représentant divers intérêts économiques du Québec, remettent en question les conclusions du BAPE, notamment son analyse économique.

Les associations estiment que Québec aurait intérêt à compléter son analyse stratégique, notamment économique, de l'exploitation de cette ressource naturelle. Elles soulignent que le gouvernement québécois devrait procéder « entre autres à une analyse économique complète, dans une vision globale de création de richesse et de croissance de l'économie québécoise ».

Le regroupement d'associations signataires du communiqué :

  • la Fédération des Chambres de commerce du Québec (FCCQ)
  • le Conseil du patronat du Québec (CPQ)
  • l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ)
  • les Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)
  • la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

Elles précisent que l'analyse économique du gouvernement devrait « se situer au-delà d'une simple analyse de coûts-bénéfices effectuée par un organisme dont la mission première est d'évaluer les impacts environnementaux ». Les associations estiment que le BAPE n'a pas l'expertise requise pour se prononcer sur la rentabilité de cette industrie au Québec.

Pendant que les associations économiques du Québec s'agitent pour que le gouvernement revoie sa position sur le gaz de schiste, l'État de New York s'apprête à bannir l'industrie en raison des risques de contamination de l'air et de l'eau de même que pour la santé publique. Le gouverneur de l'État, Andrew M. Cuomo, en vient à cette conclusion au terme d'une commission qui a duré un an.

« Avant de prendre une décision finale, le gouvernement doit connaître le plein potentiel du développement industriel qui serait engendré par la production gazière locale, de même que l'ensemble des retombées économiques, incluant les risques associés à l'absence de diversification des sources de gaz naturel au Québec », explique les associations.

Le communiqué du regroupement ajoute que le secteur de l'énergie doit être considéré, non seulement en termes de rentabilité économique, mais également selon l'angle de la « sécurité de l'approvisionnement ».

La décision annoncée hier par le premier ministre est donc prématurée, et elle vient fermer la porte à une importante opportunité de développement.

Le communiqué des associations économiques

Tout en reconnaissant les problèmes d'acceptabilité sociale, les associations ignorent les conclusions du BAPE sur les piètres perspectives économiques de l'industrie et sur la minceur des réserves de la ressource sur le territoire québécois.

Le débat sur le gaz de schiste

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Économie