•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saku encensé

« Ç’a été un grand capitaine » - Michel Therrien
Radio-Canada

Le Canadien se prépare à rendre hommage jeudi à son ancien capitaine Saku Koivu, un joueur doté d'une force de caractère exceptionnelle, selon ceux qui l'ont côtoyé à Montréal.

Un texte de Diane SauvéTwitterCourriel

« Il nous a enseigné la signification du mot courage, a déclaré l'entraîneur du Canadien Michel Therrien. Il a été un grand capitaine par sa détermination, son éthique et ses actions. C'est ce qu'on demande d'un capitaine. »

Saku Koivu est demeuré capitaine de l'équipe pendant 10 ans, un record de longévité qu'il partage avec Jean Béliveau. Il y a tellement à dire de lui pour son ex-coéquipier Andrei Markov.

« C'était vraiment un grand joueur et un vrai meneur », a dit le Russe.

Therrien s'est dit flatté des compliments de Koivu à son endroit. Dans une entrevue dans le quotidien La Presse, mercredi, le Finlandais mentionne que c'est l'entraîneur qui a su tirer le meilleur de lui à son premier passage avec l'équipe.

Les deux ont vécu de grandes émotions ensemble, surtout sa bataille contre le cancer.

« Au début, c'était difficile à vivre, raconte Therrien. Ça a été une source de motivation pour tout le monde. Ça faisait trois ans que le Canadien à l'époque n'avait pas fait les séries éliminatoires. Il a fait de nous de meilleures personnes, une meilleure équipe. »

Qui ne se souvient pas de cette soirée du 9 avril 2002 et du retour au jeu de Saku Koivu? Andrei Markov est le seul joueur de l'édition actuelle de l'équipe à l'avoir vécue.

Saku Koivu le soir de son retour au jeu après son cancer, le 9 avril 2002Saku Koivu le soir de son retour au jeu après son cancer, le 9 avril 2002 Photo : Getty Images / Dave Sandford

« C'était incroyable, lance Markov. Quelque chose de spécial. La foule lui a donné une ovation extraordinaire. Un souvenir qui restera avec moi toute ma vie. »

Un moment aussi marquant pour Michel Therrien... Neuf longues minutes et beaucoup d'émotions.

« C'était très dur de retenir nos larmes. Je n'étais même pas capable d'aller en arrière du banc. Il fallait rester dans le vestiaire. »

Le CH profitera du passage au Centre Bell de sa seconde équipe, les Ducks d'Anaheim, pour souligner le travail accompli par Koivu dans l'uniforme tricolore. Le nouveau retraité de 40 ans s'adressera aux médias à 13 h (HNE) jeudi.

Si Max Pacioretty n'a disputé qu'une trentaine de matchs avec Saku Koivu à Montréal, c'était suffisant pour en être marqué.

« C'était la première fois que je sentais ce que c'était une véritable légende pour sa ville », explique l'Américain, soulignant le talent de Koivu, sa bataille contre la maladie et ce qu'il a redonné à la communauté.

Le jeune meneur qu'est devenu Pacioretty a pu aussi apprendre de son ex-capitaine.

« Je ne sentais pas que j'étais un rouage important dans l'organisation. On me rappelait (du club-école) lorsqu'il y avait des blessés. Saku me montrait toujours des trucs sur la glace. Il m'a fait sentir spécial. J'essaie maintenant d'avoir la même approche avec les jeunes. Je ne suis pas Saku Koivu, mais j'espère qu'un jour, je pourrai lui ressembler un peu. »

Koivu, rappelons-le, n'est pas que Monsieur Courage, il prêchait aussi par l'exemple, explique Markov, un travaillant. L'attaquant est le 10e pointeur de l'histoire du Canadien. Parlez-en à Mike Weaver, qui a dû l'affronter.

« C'était vraiment pénible de jouer contre lui. C'était toujours difficile de lui enlever la rondelle. Il était fort. On s'entraîne toujours l'été pour avoir la chance d'affronter ce type de joueurs. C'est un honneur de jouer dans cette ligue, mais aussi d'affronter des athlètes de ce calibre. »

Hockey

Sports