•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Pas d'exploitation du gaz de schiste au Québec, affirme Philippe Couillard

    Céline Galipeau rencontre le premier ministre Philippe Couillard

    Il n'y aura pas d'exploitation du gaz de schiste au Québec, affirme Philippe Couillard dans une entrevue diffusée ce soir au Téléjournal. Le premier ministre du Québec réagit ainsi au rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) rendu public hier.

    « Je crois de toute façon qu'il n'y a pas grand intérêt à développer cette ressource, uniquement sur le plan économique et financier. De toute façon, l'acceptabilité sociale n'est pas là », a-t-il déclaré à l'animatrice Céline Galipeau. « Actuellement, je ne vois pas l'intérêt de développer ça. »

    Le rapport du BAPE sur la fracturation hydraulique, l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent conclut que rien ne permet d'avancer que le Québec tirerait profit des activités de cette industrie sur son territoire.

    L'organisme estime que l'industrie ne sera pas rentable au cours des 25 premières années d'exploitation, puisque les coûts qu'elle entraînerait dépasseraient les redevances perçues par Québec. Il note aussi que la fracturation hydraulique entraîne des risques pour l'environnement et pour la sécurité publique.

    Le BAPE souligne également que le lien de confiance entre la population québécoise et l'industrie est rompu, tout comme celui entre la population et les instances gouvernementales.

    Le rapport soutient que l'acceptabilité sociale demeure un préalable incontournable en prévision d'une exploitation des gaz de schiste et invite le gouvernement du Québec à définir ce concept flou, qui nuit à l'atteinte de l'objectif.

    Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a déclaré dans un communiqué publié quelques heures plus tard que le rapport du BAPE soulevait des questions sérieuses. Il a affirmé que le rapport sera l'un des éléments qui alimenteront l'évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures, annoncée le 30 mai.

    Les agences de notation « contrôlent les finances publiques »

    Interrogé sur son empressement à atteindre l'équilibre budgétaire, le premier ministre Couillard a par ailleurs déclaré lors de cette même entrevue que ce sont les agences de notation qui « contrôlent » les finances publiques du Québec.

    Selon lui, la cote de crédit de la province a bien failli être réduite par ces agences, une situation qui aurait entraîné une augmentation des coûts d'emprunts du Québec et, conséquemment, un alourdissement de la dette. 

    « La décote, on y a échappé de près. Quand on est arrivés avec les chiffres du vérificateur général et les experts indépendants, Godbout et Montmarquette, qui ont fait leur rapport, je peux vous dire que la tension était palpable », a-t-il lancé à l'animatrice.

    « Ce n'est quand même pas les agences qui contrôlent l'économie du Québec? », l'a alors relancé Céline Galipeau

    « Ils contrôlent les finances publiques, qu'on le veuille ou non. C'est comme votre banquier. Votre hypothèque, qui détermine les taux d'intérêt? C'est votre banquier. Qu'est-ce qu'il fait votre banquier? Il évalue le risque, il évalue votre capacité de payer. », a expliqué le premier ministre.

    Philippe Couillard affirme que le fait que son gouvernement garde le cap sur l'équilibre budgétaire est ce dont il est le plus fier depuis son accession au pouvoir. Il regrette cependant de ne pas avoir assez fait de pédagogie sur l'urgence d'y parvenir.

    Le premier ministre exprime également un autre regret concernant ses premiers mois au pouvoir, soit celui de ne s'être exprimé qu'en anglais lors de son allocution à la conférence Arctic Circle, qui avait lieu en Islande au début du mois de novembre. Si c'était à refaire, il rédigerait son premier paragraphe en français.

    Le débat sur le gaz de schiste

    Mauricie et Centre du Québec

    Politique