•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de fumeurs en Saskatchewan depuis la loi antitabac

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Cigarettes et cendrier

Photo : La Presse canadienne / Pawel Dwulit

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La loi antitabac adoptée en Saskatchewan en janvier 2005 a porté fruit, selon le médecin en chef de la province, le Dr Saqib Shahab, qui parle même d'un changement considérable. L'objectif de la loi était de faire diminuer la consommation de tabac des Saskatchewanais.

Le médecin en chef de la Saskatchewan, le Dr Saqib ShahabAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le médecin en chef de la Saskatchewan, le Dr Saqib Shahab

Photo : ICI Radio-Canada

Il y a 10 ans, plus d'une personne sur quatre fumait dans la province, selon lui. Aujourd'hui, le ratio est plutôt d'un pour cinq et la prévalence du cancer du poumon est en diminution chez les hommes, soutient le médecin en chef.

Les fumeurs saskatchewanais ne peuvent plus fumer dans les endroits publics sans risquer une amende. La restriction se fait particulièrement sentir durant les longs mois d'hiver, comme en témoignent deux Fransaskois.

« Ce n'est pas agréable fumer en hiver. Ma consommation diminue presque de moitié [en hiver comparativement] en été », affirme le rappeur Shawn Jobin. « Je vais fumer dehors, comme tous les fumeurs font », note pour sa part Réjeanne Brière, une fumeuse de longue date. « C'est peut-être une bonne chose parce que ça nous oblige à moins fumer. »

La Coalition saskatchewanaise pour la réduction du tabac se réjouit que l'époque où les campagnes antitabac étaient dirigées vers des jeunes qui se retrouvaient ensuite dans des endroits publics bondés de fumeurs soit révolue.

« Les écoles sensibilisaient les enfants et les jeunes aux dangers de la fumée secondaire et du tabac, mais ils allaient au restaurant et tout le monde fumait là-bas », souligne Lynn Greaves, de la Coalition.

Depuis l'adoption de la loi, tant les adultes que les jeunes sont moins exposés à la fumée secondaire, souligne-t-elle.

Le système de santé profite des changements

La province économise des millions de dollars en coûts de soins de santé chaque fois que le taux de tabagisme baisse de 1 %, fait valoir Mme Greaves, qui estime toutefois que la bataille est loin d'être gagnée.

Le pourcentage de fumeurs en Saskatchewan était de 22 % en 2013, selon Statistique Canada, soit bien au-delà de la moyenne nationale de 19 %. Encore aujourd'hui, la province continue d'afficher un des taux de tabagisme les plus élevés au pays malgré sa loi antitabac.

Lynn Greaves, de la Coalition saskatchewanaise pour la réduction du tabacAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lynn Greaves, de la Coalition saskatchewanaise pour la réduction du tabac, qui souhaite que la province interdise les produits du tabac aromatisés, qui ont la cote chez bien des jeunes.

Photo : ICI Radio-Canada

Il y a encore de la sensibilisation à faire auprès des jeunes pour les éduquer aux dangers du tabac, admet le Dr Saqib Shahab.

La Coalition saskatchewanaise pour la réduction du tabac souhaite maintenant que le gouvernement aille plus loin et qu'il interdise dans un proche avenir la vente de produits de tabac aromatisé, qui sont très populaires chez les jeunes.

Ne manquez pas le reportage de Pascale Bouchard au Téléjournal Saskatchewan

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.