•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diminution inquiétante de la vente de livres au Québec en 2014

Librairie

Photo : iStockPhoto

Radio-Canada

Les ventes annuelles de livres neufs ont connu une forte baisse pour les huit premiers mois de 2014, après avoir connu une légère augmentation en 2013.

L'Institut de la statistique du Québec a dévoilé les chiffres de vente pour le mois d'août 2014, qui sont de 74,5 millions, soit une baisse de 4 millions par rapport au mois d'août 2013. En fait, les ventes de livres ont connu de fortes baisses pour tous les mois de 2014 par rapport à 2013.

De janvier à août 2013, les ventes se chiffraient à 422 millions de dollars, tandis que pour la même période en 2014, elles ont atteint 389 millions. « C'est vraiment un recul impressionnant et on ne peut espérer que l'année 2015 sera mieux », souligne Benoît Allaire, conseiller en recherche en culture et communication pour l'Institut de la statistique du Québec.

La journée du 12 août a eu peu de répercussions

Cette année, deux écrivains ont choisi le 12 août pour encourager l'achat de livres d'auteurs québécois avec un simple événement Facebook. Si cette journée a été un franc succès, avec une augmentation de 23 % des ventes par rapport à 2013, elle n'a pas sauvé l'année, ni même le mois d'août.

Le premier trimestre de 2014 avait enregistré la plus forte baisse des ventes des dernières années et la tendance s'est confirmée par la suite avec un mois de juillet particulièrement bas.

Depuis l'année 2008, les ventes de livres sont en baisse, malgré la légère hausse de 1,5 % en 2013. Elles avaient ainsi connu une baisse de 4,1 % en 2012.

L'une des explications pour une année 2013 exceptionnelle est la sortie du livre 50 nuances de Grey, qui a fait grimper les ventes, surtout dans les grandes surfaces et auprès de gens qui, habituellement, n'achètent pas de livres. En 2014, aucun livre n'a servi de locomotive, et aucun livre de recettes n'a fait mousser les ventes. Mais ce n'est pas la seule explication. Plusieurs facteurs expliquent le phénomène.

Nous sommes dans une période de transformation, avec l'arrivée du livre numérique, avec la diversité de l'offre culturelle, les réseaux sociaux, les nombreux écrans et la télévision sur Internet. L'environnement culturel et technologique change et vient changer la consommation. C'est profond comme évolution.

Benoit Allaire

Cependant, le secteur du livre reste moins touché par la baisse des ventes que les autres secteurs culturels, comme la musique et le cinéma qui connaissent une baisse drastique des ventes de CD et de DVD, mais il n'est plus imperméable aux changements.

Ce qui est inquiétant, selon Benoît Allaire, c'est la baisse marquée des ventes en librairie, car c'est encore l'endroit où les lecteurs achètent le plus leur livre. Les ventes dans les grandes surfaces ne représentent qu'environ 10 % des ventes totales. « Ça varie, mais ça n'a jamais dépassé 14 %. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Livres

Arts