•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accord sur le climat : Ban Ki-moon enthousiaste, les écologistes déçus

Ban Ki-moon prononce un discours à Lima, le 10 décembre.

Ban Ki-moon prononce un discours à Lima, le 10 décembre.

Photo : Enrique Castro-Mendivil / Reu

Radio-Canada

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est enthousiasmé dimanche de l'accord sur la lutte contre le réchauffement climatique conclu à Lima. M. Ban a passé une partie de la semaine à Lima pour soutenir ces négociations marquées par un clivage Nord-Sud.

Selon lui, l'entente conclue, qui stipule notamment que les pays riches devront fournir un soutien financier aux pays en développement tout en précisant que les économies émergentes doivent contenir leurs émissions de gaz à effet de serre, ouvre la voie à un succès de la conférence climatique de Paris en décembre 2015.

L'idée d'aboutir à Paris à un traité international imposant des obligations à tous les pays marque une évolution par rapport au protocole de Kyoto de 1997, qui n'imposait seulement qu'aux pays riches de réduire leurs émissions.

L'accord de Lima invite par ailleurs les pays participants à présenter au début de l'année prochaine leurs propres plans nationaux de lutte contre le réchauffement climatique afin de constituer une base pour un futur traité à conclure lors du sommet prévu à Paris. M. Ban demande aux pays participants, « et en particulier aux principales économies » de « soumettre leurs engagements nationaux ambitieux très en avance » de la conférence de 2015.

Le secrétariat de la Convention de l'ONU sur le changement climatique doit réaliser une synthèse des différents engagements des pays envers la lutte aux changements climatiques pour le 1er novembre 2015, afin de mesurer le chemin qui reste à faire pour atteindre l'objectif de limiter la hausse de la température sur la planète à 2°C.

Les organisations environnementales ne partagent toutefois pas l'enthousiasme de Ban Ki-moon devant l'entente. « Nous sommes passés de faible à un cran plus faible, et ensuite à ce qu'on pouvait faire de plus faible », évalue Samantha Smith, de l'ONG WWF, au sujet des projets successifs rédigés à Lima.« Cela laisse une tâche énorme à accomplir aux gouvernements et à tous les autres acteurs dans les 12 mois à venir ».

De son côté, Greenpeace estime qu'« on est très loin d'un accord qui enclencherait enfin la sortie des énergies fossiles, condition pour lutter contre les dérèglements climatiques ».

Changements climatiques
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International