•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combien le déneigement coûte-t-il en Abitibi?

Noël Lanouette, directeur de la division des travaux publics de la Ville de Rouyn-Noranda, devant une montagne de sel déglaçant
Noël Lanouette, directeur de la division des travaux publics de la Ville de Rouyn-Noranda, devant une montagne de sel déglaçant

Un milliard de dollars, c'est le coût estimé pour le déneigement au Québec. De ce montant, près de 800 millions dollars sont assumés par les villes. C'est ce que nous apprenait La Presse cette semaine. Dans la région, seules Rouyn-Noranda et Amos prévoient des dépassements de coûts pour cette année.

Rouyn-Noranda

Chaque année, la Division des travaux publics de la Ville de Rouyn-Noranda utilise 1200 tonnes de sel et 9500 tonnes d'abrasifs. Son directeur, Noël Lanouette, souligne que l'épandage et le ramassage de la neige coûtent particulièrement cher « parce qu'on dépose quelque chose par terre qu'on est obligés de ramasser au printemps et le ramassage de neige; prendre la neige, la charger dans des camions, la déposer au site de neiges usées », dit-il.

Un dépassement de 200 000 $ sur les 4,6 millions de dollars au budget est d'ailleurs anticipé.

Amos

Ramasser la neige accumulée au centre des rues fait gonfler d'un million de dollars le budget de déneigement de la Ville d'Amos.

Le directeur des Travaux publics, Régis Fortin, prévoit des dépassements de coûts de 5 à 10 % cette année.

« Quand on refait des infrastructures ou qu'on change le design de certaines rues ou avenues - comme dans le cas de la 3e avenue dans le secteur est - on n'aménage pas les pistes cyclables et oui on aménage les rues en pensant au déneigement », explique-t-il.

Val-d'Or

À Val-d'Or, aucun dépassement de coûts n'a été enregistré depuis 5 ans. L'agente de communications Sylviane Mailhot précise que le travail en continu facilite le contrôle des coûts.

« Lorsqu'il arrive une tempête de neige, oui on peut avoir un peu plus d'équipement sur place, mais l'impact est moins grand parce que le travail se fait jour et nuit », soutient-elle.

Les villes de La Sarre et de Ville-Marie prévoient aussi respecter leurs prévisions budgétaires.

Abitibi–Témiscamingue

Affaires municipales