•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Billets d'avion et prix du carburant : un recours collectif réclamé

Des passagers enregistrent leurs bagages à l'aéroport Pearson de Toronto (archives).

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

Radio-Canada

Un voyageur demande au tribunal l'autorisation d'exercer un recours collectif contre les transporteurs aériens Air Canada et Air Canada Rouge. En cause : le supplément de carburant facturé aux voyageurs.

Un texte de Maxime BertrandTwitterCourriel

Selon l'avocat du voyageur Robert Choquette, Me Gilles Gareau, ce supplément ne tient compte ni de la distance parcourue ni des coûts réels du carburant. « En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, c'est carrément une fausse représentation, les montants qui sont chargés », soutient-il.

Le client de Me Gareau a versé 921,81 $ pour un billet aller-retour Montréal-Paris en juin dernier. De ce montant, 476 $ - soit 238 $ deux fois - représentait le supplément carburant facturé, c'est-à-dire 51,6 % du prix du billet.

« Le supplément de carburant Montréal-Paris en 2004 était 19 $. Aujourd'hui, c'est 238 $. Alors, si on regarde le supplément carburant, lui, a augmenté de 1152 % et le coût du carburant entre septembre 2004 et septembre 2014 a augmenté de 101 % », estime l'avocat.

En cette période des fêtes, les consommateurs cherchent les aubaines. Mais en dépit des efforts, ils devront composer avec cette pratique.

C'est une farce, c'est carrément une farce. Elle n'est pas justifiée cette surcharge-là.

Jean Collette, propriétaire de Voyages Dumoulin et président de l'Association des agents de voyage du Québec.

Le voyagiste, qui dénonce cette pratique depuis des années, est donc heureux qu'un client s'attaque enfin à cette mesure devant les tribunaux.

Pour consulter le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre) 

Air Canada blâme les devises, le marché

Par voie de communiqué, Air Canada dit surveiller de près le prix du carburant. Le transporteur soutient que de nombreux autres facteurs ont une incidence sur la tarification, notamment les modifications liées aux devises, les conditions du marché, la concurrence, l'offre et la demande. Air Canada en tient compte pour ajuster les tarifs à la hausse et à la baisse.

Enfin, écrit le transporteur, le carburant est acheté en devises américaines, ce qui a un effet défavorable en raison de la diminution de la valeur du dollar canadien.

Mais selon Jean Collette, les suppléments font partie d'un stratagème utilisé par les compagnies aériennes pour faire concurrence aux sites de voyage à rabais.

« Ils peuvent vendre des billets d'avion avec des montants de base ridicules. On va à Cancun pour 269 $, mais on rajoute 400 $ de taxes. » Selon lui, au final, le client paie plus cher que prévu.

Tourisme

Économie